50 % des TER en Nouvelle-Aquitaine

La reprise des trafics TER s'effectue avec une capacité de 25% en raison des mesures de distanciation sociale.  
Actualites

La rédaction

Réservation sur les lignes les plus sensibles. La Région Nouvelle-Aquitaine a rétabli près de 50% de son offre TER routière et ferroviaire, en privilégiant toutefois certaines dessertes. «Le plan de transport est articulé autour des déplacements domicile-travail et des dessertes périurbaines au détriment de l’offre interurbaine de plus de 100 km, explique Hervé Lefevre, directeur régional SNCF TER. 45% des trains (soit 303 trains) circulent mais ils n’offrent que 25% de places, soit moins de 41.000 places au lieu de 160.000, en raison des dispositions réglementaires de distanciation.» Quinze lignes sensibles risquent d’être saturées aux heures d’affluence et ne seront donc accessibles que sur réservation, avec priorité aux abonnés et aux personnels soignants. Ultérieurement, l’accès à ces trains dépendra des analyses quotidiennes de fréquentation. «Nous pourrons compléter la composition des trains en rajoutant des rames», prévoit Hervé Lefevre. «Concernant les cars interurbains, dont l’offre était tombée à 25% pendant le confinement, explique Renaud Lagrave, le vice-président aux Transports, nous sommes dès ce lundi à 50% en privilégiant bien sûr les trajets domicile-travail, et passerons à 70% d’ici fin mai et à un plan de transport quasiment à 100% vers le 15 juin.» Alain Rousset, le président de la Région, a demandé aux entreprises d’étaler les horaires d’embauche afin de lisser les horaires de pointe.

Complexité du transport scolaire. Le volet transports scolaires (théoriquement 40.000 élèves à transporter dès demain) est encore plus complexe, d’une part en raison du retard du référentiel national, qui n’était toujours pas disponible en fin de semaine dernière alors qu’il était annoncé début mai, d’autre part en raison de la multiplicité des intervenants. Et de la prépondérance dans les nombreux secteurs ruraux de Nouvelle-Aquitaine de minibus. «Nous faisons de la dentelle en étudiant chaque circuit», souligne Renaud Lagrave.

O. J.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.