Aide aux transports en site propre : Marseille et Lyon réclament plus d’argent Politique et réglementations Stratégie Territoires

Le tramway de Marseille   © © DR
Actualites

Les Collectivités Les Opérateurs

La Rédaction

Si l’État a débloqué 800 millions pour le tramway et les « bus à haut niveau de service », Marseille et Lyon s’estiment lésées : leurs projets n’obtiendraient que la portion congrue de cette manne selon les élus locaux.

Huit cents millions d’euros, c’est une sacrée somme, mais cela ne suffit pas à contenter tout le monde. L’enveloppe financière que l’État consacrera à la subvention de projets de transports en commun en site propre (TCSP) fait en effet grincer les dents de certains élus locaux. Et si la distribution des prix, organisée au ministère des Transports le 30 avril, s’est conclue par un tonnerre de remerciements, Lyon et Marseille s’estiment lésés.

Les trois grandes métropoles provinciales sacrifiées ?

Pour le Bernard Rivalta,  président du Syndicat des transports de l’agglomération lyonnaise (Sytral), les grandes agglomérations n’ont eu droit qu’aux reliefs de repas après le passage des villes moyennes : « Montpellier a 82 millions d’euros, Bordeaux, 42,6 millions ou encore Valencienne, 35 millions, alors que les trois plus importantes métropoles de province, Lyon, Marseille et Lille ont reçu respectivement 28, 6,2 et 0,8 millions. »

De son côté, Karim Zerbi,  président de la Régie des transports marseillais (RTM) se demande ce qu’il est advenu des 26 milliards du plan de relance, ainsi que du plan Banlieue, qui devait permettre le désenclavement des quartiers en difficulté.

Un appel à Sarkozy

Aigris, les élus responsables des transports locaux ? Sans doute un peu. Seuls trois des six projets lyonnais (représentant un investissement de 1,1 milliard d’euros) ont été retenus par le ministère de Jean-Louis Borloo. À Marseille, les subventions ne pèsent que 6% de l’investissement total de 100 millions d’euros réservés à deux projets.

Un courrier a été envoyé directement à Nicolas Sarkozy afin de réclamer plus de moyens pour les deuxième et troisième villes de France. Le message sera-t-il entendu par le président de la République ?
Réponse lorsque la nouvelle enveloppe, qui doit être distribuée dans le cadre du Grenelle 2, sera ouverte fin 2010. Avec une estimation des subventions de 1,8 milliard d’euros à répartir, il devrait cette fois y avoir de quoi contenter tout le monde.

S’abonner à Bus & Car

Lire notre article : « 800 millions d’euros pour les transports urbains« 

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.