Attentats : le STIF renforce son dispositif de sécurité en Ile-de-France Politique et réglementations

Le STIF anticipe le recrutement de nouveaux agents de sécurité avec la RATP et la SNCF après les attentats du 13 novembre à Paris.  
Actualites

Les Collectivités Les Opérateurs

La rédaction

Après les attentats de Paris le week-end dernier, le STIF avait réuni un conseil de sécurité extraordinaire mardi pour annoncer ou rappeler les moyens de sûreté déployés dans les réseaux de transport. Dans ce contexte très tendu, la fréquentation des transport en commun semble avoir fléchie, au profit de déplacements plus importants en voiture individuelle, jugée plus sûre, si l’on en croit les records de circulation atteints en région parisienne depuis lundi.

 

Niveau maximum

« La sécurité au niveau humain est à son niveau maximum » a expliqué Jean-Paul Huchon, le président de la Région et du STIF, avec 1 000 personnes en permanence sur le terrain, avant de rappeler que la sécurité dépend essentiellement de la Préfecture et de l’Etat. Dès samedi matin pourtant, en lien avec la Préfecture de Police, « un doublement des effectifs en tenue, passant de 300 à 600 agents » a été décidé tandis que la présence de militaires dans les pôles d’échanges importants et les gares est passée de 3 000 soldats à 4 000 soldats.

 

Recrutements avancés

De plus, certaines mesures inscrites dans les nouveaux contrats pluriannuels 2016-2019 récemment signés entre le STIF, la RATP et la SNCF vont être anticipées d’ici la fin de l’année comme le recrutement de 250 agents supplémentaires de la Suge, la police ferroviaire de la SNCF, et de 200 nouveaux postes pour la GPSR, les agents de sécurité de la RATP. Au total, les effectifs atteindront 1450 agents pour la Suge et 1200 postes pour la GPSR.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier