Autopartage : le libre-service dynamise Citiz Territoires

L'inauguration du service Yea! à Bordeaux, avec Nicolas Guenro, directeur du réseau Citiz local, Michèle Delaunay, députée de la Gironde, Constance de Peyrelongue, présidente de Citiz Bordeaux, Alain Juppé, maire de Bordeaux, et son adjointe Anne Walryck   © DR
Actualites

Les Opérateurs

La rédaction

Crowdfunding et pédagogie. La coopérative d’autopartage Citiz poursuit son développement tout en affirmant son identité. A Bordeaux, Citiz a choisi le crowdfunding pour le lancement de Yea!, son offre d’autopartage en libre-service. 268 contributeurs se sont manifestés, ce qui a permis de réunir plus de 10 000 euros. Ces parrains ont eu droit à des contreparties : couvre-selles, porte-clés, autocollants et sacs de courses en coton bio ont récompensé les donateurs. «Le crowdfunding nous a permis de fédérer une communauté autour du projet, et de faire de la pédagogie», explique Jean-Baptiste Schmider, directeur général de Citiz. En effet, Yea! vient compléter le service classique d’autopartage en boucle de Citiz, avec une offre plus souple, qui permet à l’utilisateur d’emprunter un véhicule sans réservation préalable et de ne pas le rendre à l’endroit où il l’a emprunté. «La moitié des trajets effectués avec Yea! ont une destination distincte de l’origine», précise Jean-Baptiste Schmider.

Clientèle plus jeune. Citiz a lancé Yea! à Strasbourg il y a deux ans, et à Toulouse l’an dernier. «Nous touchons une clientèle plus jeune et plus connectée que celle de l’autopartage classique, poursuit Jean-Baptiste Schmider. A Strasbourg, Yea! nous a permis de doubler notre nombre d’abonnés, qui s’élève aujourd’hui à 6 000 personnes. A Toulouse, l’implantation de Yea! a suscité 500 nouveaux abonnements en un an, sur un total de 2 000, et le chiffre d’affaires de Citiz a augmenté de 24 %». Lancé en 2002 sous l’appellation de France Autopartage, Citiz est présent dans 90 villes en France, et totalise 25 000 abonnés. Une grande partie des services Citiz sont accessibles via l’abonnement aux transports urbains. La moitié fonctionnent sans subvention, et autofinancent leurs investissements.

Sandrine Garnier

 

 

 

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.