Avec Reach Now, BMW propose aussi du VTC Produits Stratégie

BMW a choisi Seattle pour lancer son nouveau service de mobilité.   © ReachNow
Actualites

Les Industriels Les Opérateurs

Grégoire Hamon

Véhicules premium. BMW vient d’enrichir sa plateforme de mobilité ReachNow avec un service de VTC, alors qu’elle se cantonnait jusqu’à présent à de l’autopartage. Une première mondiale selon le constructeur allemand, qui a décidé de se frotter aux mastodontes comme Uber et Lyft. Ce service n’est pour l’instant disponible qu’aux États-Unis, à commencer par Seattle avant un déploiement progressif sur plusieurs autres villes (et probablement à terme en Europe). «Nous nous attendons à ce que les constructeurs batissent désormais leurs modèle économique sur le nombre de miles parcourus, plutôt que sur le nombre de modèles vendus. Ce qui signifie que les solutions de voitures partagées deviendront de plus en plus importantes, voire dominantes. Nous pouvons commencer à répondre à ce changement en réduisant le nombre de voitures individuelles et l’auto-solisme en commençant par les zones les plus encombrées, notamment les centres urbains», justifie Simon Broesamle, directeur commercial de ReachNow.

Prix fixes. Concrètement, les utilisateurs pourront accéder, à partir de la même application, à ReachNow Drive, un service d’autopartage en libre-service, ou bien au nouveau ReachNow Ride, un service de VTC, explique BMW dans un communiqué. En parallèle, il sera toujours possible de louer un véhicule sur plusieurs jours. BMW utilisera la même flotte de véhicules plutôt premium pour les deux services, composée de la BMW i3 électrique et des Série 3 et X1, ainsi que plusieurs sortes de Mini. Le constructeur, qui a déjà testé un service de VTC à Seattle l’an passé, se fait fort de maitriser la bonne répartition de véhicules entre ses deux services. Le service de VTC ReachNow Ride est facturé 2,40 dollars par mile auxquels viennent s’ajouter 0,40 dollar par minute, avec un prix plancher à 3,24 dollars. Contrairement à Uber, BMW indique que le prix ne sera jamais indexé sur la demande. De plus, les chauffeurs de VTC ne sont pas indépendants, mais employés par une société tierce, Ecoservice, et payés au taux horaire (14,25 dollars) et non au trajet. Ils devront de plus conserver de bonnes notations de la part des clients (au moins 4,75 sur 5). Enfin, les clients pourront commander une course jusqu’à 7 jours à l’avance.

G. H.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.