Bègles, première commune de France à généraliser le 30 km/h Politique et réglementations Territoires

Une bonne partie du territoire bénéficiait déjà de zones 30 (vitesse limitée à 30 km/h) et de zones de rencontre.   © Cerema
Actualites

Les Collectivités

Grégoire Hamon

Une mesure anti-Waze. Le 8 juillet 2019, la ville de Bègles (Gironde) est devenue la première commune de France à limiter la vitesse à 30 km/h sur l’intégralité de son territoire. «Cette expérimentation pendant un an augmente la convivialité et le bien-être des usagers tout en favorisant les modes de transports actifs», souligne la municipalité, dont une bonne partie du territoire bénéficiait déjà de zones 30 et de zones de rencontre. Le maire EELV de Bègles, Clément Rossignol Puech, se défend d’avoir pris une mesure anti-voitures, même si la généralisation du 30 km/h servira aussi à se débarrasser des automobilistes qui empruntaient les rues de la ville comme une alternative à la rocade et aux boulevards de Bordeaux, saturés par les bouchons. Selon la mairie, les temps de parcours seront augmentés de 10 à 15 secondes par kilomètre parcouru, de quoi peut-être modifier les algorithmes d’itinéraires d’applications comme Waze.

Un enjeu de sécurité routière. «Depuis 2015, le maire peut adopter cette mesure par arrêté motivé. Près des 3/4 du réseau routier d’une commune peut être limité à 30 km/h selon ses usages: desserte locale, déplacements courts, absence de transit, rues étroites, présences de piétons», indique le Cerema, qui apporte son expertise pour l’évaluation de cette mesure en partenariat avec Bordeaux Métropole. Selon le centre d’expertise public, l’enjeu de la  Ville 30» est d’abord la sécurité routière: lors d’un choc à 50 km/h entre une voiture et un piéton, le risque pour ce dernier d’être tué s’élève à 85%. À 30 km/h, il tombe à 10%. Les experts du Cerema, en partenariat avec les services de Bordeaux Métropole, vont déployer une méthode d’évaluation d’impact du passage en «Ville 30» tout le long de cette expérimentation. Cette action s’inscrit dans le cadre d’un partenariat plus large, qui a permis de déployer plusieurs actions innovantes sur le territoire bordelais comme des voies de bus ouvertes au covoiturage, un aménagement de chaussée à voie centrale banalisée ou une nouvelle signalisation de police.

G. H.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.