Belgique: Multiobus choisit Ebusco

Ebusco 2.2 livré à Multiobus en 2021 Le constructeur néerlandais Ebusco mise sur l’allègement de la caisse afin d’embarquer une grande quantité de batteries. Les Ebusco 2.2 livrés à Multiobus en 2021 seront équipés de caméras à la place des rétroviseurs.  
Actualites

Loïc FIEUX

10 Ebusco 2.2 pour De Lijn. Sous-traitant de De Lijn, Multiobus exploite des lignes urbaines et régionales dans le Hageland et dans le Brabant flamand (Flandre, Belgique). Leur exploitation profitera des nouveaux bus en 2021. Ils ne seront pas les premiers Ebusco de Multiobus, qui en utilise déjà deux depuis mi-2018. Cet exploitant est équipé de panneaux solaires qui participent à la recharge des bus. Ses Ebusco, livrables en 2021, seront équipés du WiFi et de prises USB. Ils ont la particularité de délaisser les rétroviseurs pour leur préférer des caméras. Selon le constructeur néerlandais, elles dégagent un champ visuel plus large que celui des miroirs traditionnels. Elles disposent par ailleurs d’un mode infrarouge pour la vision nocturne. Rappelons qu’en février dernier, Connexxion (Transdev) a été le premier exploitant néerlandais à choisir les caméras plutôt que les rétroviseurs.

Batteries LFP (lithium-ion, fer, phosphate). Les Ebusco livrés en 2018 ont une capacité de 90 passagers et peuvent, selon leur constructeur, parcourir 250 à 350 km par jour avec une seule charge nocturne au dépôt. Rien n’est précisé à propos de la consommation d’énergie liée au confort climatique. En plus de la charge nocturne, les dix nouveaux bus pourront profiter d’une recharge en station à l’aide d’un pantographe inversé. Toutefois, Ebusco rappelle qu’un schéma de lignes diffus doit inciter à favoriser la charge nocturne afin d’amortir plus facilement l’infrastructure de recharge. Directeur général de Multiobus, Olivier van Mullem déclare: «Grâce à la grande capacité de leurs batteries, ces bus peuvent rouler 300 km sans recharge. Par conséquent, leur TCO doit être à peu de choses près identique à celui de l’autobus diesel traditionnel.» L’Ebusco 2.2 n’est proposé qu’avec des batteries LFP, dont la capacité standard est de 362 kWh. En option, elle peut atteindre 475 kWh (12 m), voire 544 kWh (18 m). La construction allégée du bus permet d’embarquer une grande quantité de batteries. Poursuivant sur cette voie, l’Ebusco 3.0 annoncé en octobre dernier mise encore davantage sur l’allègement. Grâce aux matériaux composites, sa masse sera inférieure de 33% à celle de l’Ebusco 2.2. Son autonomie devrait atteindre 500 km et sa production pourrait commencer cette année.

L. F.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.