Blablacar au volant de Ouibus: changement dans la continuité? Stratégie

Blablacar va devenir le seul actionnaire de Ouibus, en procédant à une levée de fonds à laquelle va participer la SNCF.   © DR
Actualites

Le Club Les Opérateurs

La rédaction

Sérénité. Après l’annonce de la prise de contrôle de Ouibus par BlablaCar, l’ambiance est à la sérénité… officiellement. Pour les Cars Faure par exemple, partenaires de Ouibus sur la desserte Grenoble – Lyon Saint-Exupéry, pas de raison de s’inquiéter. L’entreprise est en contrat de franchise sur cette ligne, qu’elle exploite de longue date et qui représente une des plus belles réussite des cars SLO. Du côté de FlixBus, la nouvelle est également accueillie avec flegme. «Nous espérons que la SNCF va jouer un rôle plus neutre que par le passé, en arrêtant de couvrir les pertes de sa filiale», lâche Yvan Lefranc-Morin, directeur général de FLixBus, présent au congrès de la FNTV. Roland de Barbentane, directeur général de Ouibus, assure quant à lui que les conducteurs Ouibus seront remerciés avec respect… Enfin, Laurent Brusson, directeur du développement de BlablaCar, nouveau patron de Ouibus, affirme que le covoiturage et les cars «Macron» sont complémentaires, et non pas concurrents. Contrairement au TGV low-cost Ouigo, dont il ne fait pas mention.

Multimodalité. La SNCF est entrée en négociations avec Blablacar pour la vente de sa filiale de cars en services librement organisés, Ouibus. La transaction passe par une entrée de la SNCF au capital de la plateforme de covoiturage, qui va procéder à une levée de fonds de 101 millions d’euros. Avant la fin de l’année 2018, des offres de covoiturage BlaBlaCar seront proposées par OUI.sncf. Dès l’été 2019, les clients de OUI.sncf se verront proposer une offre de mobilité intermodale, train et bus dans un premier temps, répondant à leur attente de simplification. La combinaison train et covoiturage suivra dans un second temps. Il sera alors possible pour aller de leur point de départ à leur point d’arrivée, de combiner les modes de transports : train, bus et covoiturage. En avril dernier, Blablacar s’était aventuré sur le terrain de l’autocar à la faveur des grèves SNCF. L’expérience avait tourné court mais la plateforme de covoiturage n’avait pas tardé à nouer un partenariat avec Ouibus pour proposer des trajets en autocar pendant les jours de grève, de façon à répondre au surcroît de demande induit par la suspension des circulations ferroviaires.

 

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.