Bosch lance un service de prévision météo Produits

Les données météo seront, à terme, recueillies et transmises par les véhicules eux-mêmes.   © Bosch
Actualites

Les Industriels Les Opérateurs

Grégoire Hamon

Prêt pour 2020. Le premier équipementier mondial, Bosch, indique s’être associé au finlandais Foreca, un fournisseur de prévision météorologique, pour informer les voyageurs de l’état des routes empruntées. Le groupe allemand souhaite introduire ce type de service en 2020. Plus tard, les prévisions seront affinées par les données recueillies sur les véhicules connectés (utilisation des essuie-glaces, recueil des températures à intérieur et l’extérieur, interventions régulières de l’ESP anti-dérapage, coefficient de frottement de chaque roue, etc.) Ces informations seront ensuite transmises via le cloud. Mais en 2020, le nombre de véhicules connectés sera insuffisant : Bosch estime qu’il faudrait environ 20 millions de véhicules connectés pour couvrir déjà les 80 000 km du réseau autoroutier européen. D’où le besoin de s’adjoindre les services d’un prévisionniste météo, reconnu pour la qualité de ses prévisions routières.

Reprendre la main à temps. «Les données météorologiques fournies par notre partenaire Foreca permettront d’alerter sur les risques avant que les situations critiques ne se développent. Cela signifie qu’un véhicule automatisé saura exactement où il peut conduire de façon autonome, et comment», imagine déjà Dirk Hoheisel, membre du conseil de direction de Bosch. Les données météo serviront ainsi de référence pour les véhicules autonomes. Jusqu’au niveau 4 d’automatisation, la décision de savoir si un véhicule peut circuler sans conducteur (sur certaines portions de route) dépend de facteurs tels que le type de route, la plage de vitesse et les conditions environnementales. «Dans les futurs véhicules automatisés, cette décision sera basée sur les services de prévision de condition de route fournis par Bosch», précise l’équipementier. En cas de forte pluie, le véhicule réduira sa vitesse pour éviter le risque d’aquaplaning. Si les conditions se dégradent très fortement, le conducteur sera prévenu de la nécessité de reprendre la main, et ceci longtemps à l’avance.

G. H.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.