Brive réinvente ses transports publics Politique et réglementations Stratégie Territoires

À Brive, le prix du ticket de bus à l'unité (1 euro) est désormais moins cher que l'heure de stationnement   © © DR
Actualites

Les Collectivités Les Opérateurs

Olivier Jacquinot

La communauté d’agglomération de Brive (Cab) repense entièrement les déplacements sur son territoire et l’organisation de ses transports collectifs. Des bus moins cher, un futur pôle intermodal, des pistes cyclables…

« Toute l’architecture du réseau de transport urbain va être modifiée » prévoit Philippe Nauche, maire (PS) de Brive et président de l’agglomération depuis 2008.

Cette volonté répond à une nécessité, alors que Brive souffre de plusieurs handicaps. L’agglomération compte des communes très urbanisées et d’autres, encore rurales, ainsi que quelques « trous » dans son périmètre en raison de communes qui n’adhèrent pas à la Cab. Une gare excentrée et mal raccordée au centre ville, une liaison ferroviaire avec la voisine Tulle, longtemps mal entretenue, des dessertes par car qui doublonnent (héritage d’un passé politique houleux entre les différentes autorités organisatrices), un hypercentre ancien régulièrement congestionné…

L’appel d’offres repoussé d’un an

Bref, le transport public déraille. « En centre ville, la vie est devenue impossible pour l’automobiliste et le piéton », assène Jean-Claude Farges, l’élu communautaire en charge des transports.

Le premier acte de la refondation des transports à Brive, le renouvellement de la délégation de service public (DSP) pour l’exploitation du réseau, actuellement confié à CFTA (Veolia), a été repoussé d’un an, au 31 décembre 2009. « Nous élaborons une vraie DSP, avec implication de l’opérateur dans les résultats. Aujourd’hui, si nous mettions fin à notre collaboration avec Veolia, nous ne serions même pas propriétaire d’un boulon de roue de bus… », souligne Jean-Claude Farges.

Premier pas : la baisse des tarifs

La première action forte en faveur des transports collectifs a été la baisse des tarifs des différents titres de transport. Alors que CFTA préconisait une hausse de plus de 4%, la Cab a fait passer au 1er décembre 2008 le prix du ticket de 1,20 euro à 1 euro, rendant ainsi le billet à l’unité moins cher que l’heure de stationnement.

Dans le cahier des charges de la prochaine DSP figurera par ailleurs l’extension du réseau dans les quartiers nouvellement urbanisés et dans les communes non encore desservies.

Lire la suite de cet article dans Bus & Car n°834 (abonnés)

S’abonner à Bus & Car

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.