Bruxelles : la "tramification" polémique du bus 71 Pratique et ressources Stratégie

  © MC
International

Les Collectivités

Michel Chlastacz

Petite histoire étonnante – et édifiante – d’un projet de tramway dans la capitale belge, jugé par ses détracteurs aussi destructeur qu’un char de bataille…

La ligne de bus 71 de la STIB (les transports urbains bruxellois) est un grand axe nord-sud de 8,5 km entre la place de Brouckère et la zone Delta. Cette ligne est sans doute la plus chargée du réseau bruxellois, avec un trafic moyen journalier de près de 25 000 voyageurs (dont 2000 voyageurs/heure en heures de pointes) et plus de 8,5 millions de voyageurs par an. En dépit de l’introduction de bus Van Hool articulés de 18 m et d’une offre de fréquence de cinq minutes en heures de pointes et dix minutes toute la journée, la saturation est atteinte.

S’ajoutent des difficultés de circulation au sud du tracé dans la traversée du secteur commerçant d’Ixelles (photo). Aussi, la ville de Bruxelles et la STIB ont préparé un projet de « tramification » de la ligne afin de pouvoir doubler l’offre et le trafic, un projet qui nécessiterait la construction de 5,6 km de voies nouvelles et l’adaptation de trois kilomètres de voies existantes communes à d’autres lignes ainsi que la transformation en rue partiellement piétonne de la Chaussée d’Ixelles. Un investissement de 60 millions d’euros avec des travaux qui auraient dû débuter fin 2015.

C’était sans compter sur une forte opposition des commerçants, qui affirment désormais leur attachement au bus après l’avoir longtemps accusé d’engluer la circulation automobile ! Dans ce contexte, les affiches des opposants au projet placardées sur une grande partie des vitrines des magasins de la Chassée d’Ixelles n’hésitent pas, montages photos à l’appui, à comparer le futur tramway – pourtant un classique Flexity Bombardier – à un… char Leclerc de l’armée française !

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.