Transports urbains: le bus plébiscité Territoires

Présentation de l'édition 2017 de l'Observatoire de la Mobilité. Avec Jérôme Benoît, de l'Ifop, et les représentants de l'UTP: Marc Delayer, François-Xavier Perin, Thierry Mallet (président), Frédéric Baverez et Claude Faucher.   © DR
Actualites

Les Opérateurs

La rédaction

71% des voyageurs prennent le bus. D’après les données de l’Union des transports publics (UTP), le bus reste le mode le plus utilisé dans les réseaux urbains : 71% des voyageurs déclarent l’emprunter (contre 69% en 2016 et 68% en 2015). La fréquence d’utilisation du bus progresse elle aussi par rapport aux années précédentes : 69% des voyageurs l’utilisent au moins deux fois par semaine, contre 60% en 2016. Ces bons chiffres reflètent la réalité des réseaux : le bus existe partout, alors que métros et tramways sont réservés aux plus grandes agglomérations. Dans les réseaux de province, plus de la moitié des voyages sont d’ailleurs effectués en bus. Mais il représente tout de même 35,7% des voyages sur le réseau RATP.

Moins de 8 ans d’âge moyen. Le parc des bus urbains français compte près de 17 000 véhicules, dont 30% en Ile-de-France. L’âge moyen de la flotte nationale s’établit à 7,8 ans. Selon l’UTP, le passage aux bus électriques dans les villes de plus de 250 000 habitants prévu par la loi sur la transition énergétique impliquerait un coût de 3,8 milliards d’euros. Aux conditions actuelles, le coût total d’utilisation d’un bus électrique est évalué à 50% de plus que celui d’un bus diesel Euro 6. L’UTP a présenté l’édition 2017 de son Observatoire de la Mobilité, qui reflète les habitudes déplacement des Français, à partir de données collectées par l’UTP et d’une enquête réalisée par l’Ifop.

Sandrine Garnier

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.