CarPostal: mécomptes en Suisse Politique et réglementations

Filiale de la Poste suisse, CarPostal a caché des bénéfices réalisés dans le cadre de contrats de services publics.   © DR
Actualites

Les Opérateurs

La rédaction

Bénéfices cachés. Plusieurs mois après la révélation de malversations au sein de Carpostal Suisse, les premières conclusions de l’enquête interne diligentée au sein de la Poste suisse ont été rendues publiques le 11 juin, au lendemain de la démission de sa directrice générale, Susanne Ruoff. L’ensemble de l’équipe de direction de la Poste a été remercié, ainsi que le comité de direction de CarPostal Suisse, et la cession de la filiale française de CarPostal est à l’étude. Entre 2007 et 2015, CarPostal Suisse a manipulé ses comptes, de manière à camoufler des bénéfices réalisés dans le cadre de contrats de services publics. Les montants en cause atteignent 90 millions de francs suisses sur la période. La Poste a en outre constitué une réserve de 30 millions pour les années 2016 et 2017.

Contentieux en Isère. L’affaire a fait grand bruit en Suisse, où CarPostal est considéré comme un symbole national. Elle rebondit quelques jours avant l’examen par la Cour d’appel de Paris, le 27 juin, d’une l’affaire opposant CarPostal France à trois transporteurs rhônalpins, Berthelet, Faure, et Réunir Dauphiné, qui avaient attaqué CarPostal pour distorsion de concurrence. Le jugement rendu en 2016 par le tribunal correctionnel de Lyon avait abouti à la condamnation de CarPostal à verser 10,6 millions d’euros d’amende aux trois sociétés plaignantes.

S. G.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.