CGT-Transports : l’élection de Jérôme Vérité invalidée Politique et réglementations

Jérôme Vérité avait été soutenu par le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez.   © © DR
Actualites

Le Club

La rédaction

Non respect des statuts. Le tribunal de grande instance de Bobigny a invalidé le 26 octobre la réélection du numéro un de la CGT-Transports, intervenue en 2015. Onze syndicats CGT et des membres de la commission exécutive fédérale (CEF), élue en avril 2015 lors du dernier congrès de la CGT-Transports, accusaient Jérôme Vérité de n’avoir pas respecté les statuts de la fédération. La réélection de Jérôme Vérité avait immédiatement été contestée.

Fonction assurée par Fabrice Michaud. Selon le jugement, la réélection en 2015 de M. Vérité au poste de secrétaire général de la CGT-Transports n’est pas « valide » car « il ne justifie pas, ni même n’allègue, avoir été adhérent » à un syndicat, condition nécessaire pour se présenter. En outre, certains votants « ne figuraient pas sur la liste des délégués pouvant participer au vote ». Jérôme Vérité a récemment laissé sa place à Fabrice Michaud, issu de la CGT d’Aéroports de Paris. Le prochain congrès de la CGT-Transports doit se tenir en avril 2018.

 

 

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.