Chine: CRRC teste son « tramway » autonome sans rail Produits

Présenté comme le tramway du futur, le véhicule électrique autonome développé par CRRC est testé par -20°C à Harbin.   © New China TV
Actualites

Les Industriels

Grégoire Hamon

Conditions extrêmes. Mélange de tramway, de bus et de véhicule autonome, la Chine développe actuellement une sorte de gros bus autonome, présenté comme un tramway sans rail. L’ART (pour Autonomous Rail Rapid Transit), est développé par Zhuzhou CRRC Times Electric, filiale du géant ferroviaire CRRC. Lancé en 2017, il est testé depuis mai 2018 dans la ville de Zhuzhou (Hunan), au centre du pays, sous la supervision d’un pilote à bord. Mais ses concepteurs ont décidé de le confronter à des conditions extrêmes en le faisant rouler par -20 °C sur les routes gelées de Harbin, située à l’extrême nord du pays, comme le montre un reportage de New China TV.

300 à 500 passagers. Ce bus électrique doté de pneumatiques spéciaux est donc capable de rouler sans infrastructure sur la chaussée, et de manière autonome, grâce à un guidage optique qui suit des lignes pointillées disposées sur la route. Une solution qui coûterait 4 à 5 millions d’euros du km en Chine, avec un coût par véhicule autour de 2 millions d’euros. Autre avantage, l’ART peut se déployer très rapidement. Disposant de bogies ferroviaires à double essieux et d’un système hydraulique, l’ART offre un bon confort à bord.  Il bénéficie d’une autonomie de 40 kilomètres. Ses batteries en lithium-titanate se rechargent en 30 secondes pour reprendre une autonomie de 5 kilomètres, et dix minutes pour pouvoir repartir pour 25 kilomètres. D’une longueur de 35 mètres (3 voitures), il peut emporter 300 passagers à une vitesse de 70 km/h, sachant qu’il est possible d’allonger le véhicule avec 2 caisses supplémentaires pour convoyer jusqu’à 500 passagers.

G. H.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.