Daimler vise la neutralité carbone pour ses bus et camions en 2039

L'eCitaro, produit en série depuis 2018, disposera en 2022 d’un “range extender” avec pile à combustible.   © Daimler
Actualites

Grégoire Hamon

Première étape en 2022. Les lourdes sanctions promises pour les constructeurs qui ne seront pas en phase avec une réduction drastique de leurs émissions CO2 produisent leurs effets. Daimler Trucks&Buses vient d’indiquer qu’il entendait proposer des produits neutres en CO2 dans leur utilisation (du puits à la roue) en 2039 dans les trois marchés majeurs que sont l’Europe, le Japon et la NAFTA (Etats-Unis, Canada, Mexique). Daimler Trucks&Buses envisage d’inclure dès 2022 la production en série dans ses usines de véhicules utilisant des batteries à destination de ces principaux marchés. D’ici 2029, le constructeur allemand compte élargir sa gamme de avec la production de véhicules hydrogènes. Enfin, toutes les usines européennes de Daimler Trucks&Buses seront neutres en CO2 dès 2022. Les autres usines du groupe suivront. Le groupe a commencé à travailler sur l’électrification de ses gammes en 2010, et a lancé l’an passé la production en série du eCitaro dans son usine de Mannheim. Ce bus 100% électrique roule actuellement à Berlin ou Hambourg, ainsi qu’à Oslo (Norvège) et Ystad en Suède. Des eCitaro ont aussi été livrés au Luxembourg et en Suisse. En 2021, l’eCitaro de production sera équipé de batteries de nouvelle génération et, dès la mi-2020, de versions lithium-polymère. En 2022, les batteries des bus useront d’un «range extender» (une pile à combustible alimentera la classique batterie).

L’hydrogène indispensable pour des émissions neutres en CO2. Le groupe Daimler vise un transport neutre en CO2 d’ici 2050. «Comme il faut environ 10 ans pour renouveler une flotte, notre ambition est de proposer dès 2039 des véhicules neutres localement en CO2 “du puits à la route”», avance Martin Daum, membre du Board of Management de Daimler AG, en charge de Trucks&Buses. Le constructeur n’a jamais vraiment cru aux solutions GNV pour abaisser les émissions et a été l’un des premiers à se positionner sur la mobilité électrique des utilitaires lourds. «Le transport vraiment neutre en CO2 ne s’entend que par l’utilisation de batteries ou d’hydrogène. Grâce à notre approche holistique en matière d’e-mobilité dans le secteur du transport de personnes, qui consiste en un service de bus électrique et de conseil, nous apportons déjà une contribution significative au transport public sans émission de demain et au contrôle de la pollution atmosphérique en milieu urbain», a précisé Martin Daum. Ce dernier plaide pour des réduction tarifaires aux péages pour les véhicules neutres en CO2, tout comme le développement d’infrastructures en matière de recharge et d’avitaillement en hydrogène.
G. H.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.