Déjà 101 réseaux de transports publics répertoriés en open data Pratique et ressources

Les agglomérations de Grenoble et Poitiers sont les premières à avoir publié leurs flux temps réel sur la plateforme.   © DR
Actualites

Les Collectivités Les Opérateurs

Grégoire Hamon

Données réutilisées librement. Le travail de fourmi opéré par transport.data.gouv.fr commence à porter ses fruits. Le site gouvernemental annonce avoir dépassé la barre des 100 réseaux de transports publics.«En un peu plus d’un an depuis l’ouverture de la plateforme, 101 agglomérations en France [NDLR bientôt 32 de plus] ont été accompagnées dans l’ouverture de leurs données théoriques. Parmi elles, plus de 70% n’avaient encore jamais ouvert ce type de données. Ces données peuvent maintenant être réutilisées librement par tous les éditeurs d’application qui souhaitent faire bénéficier leurs utilisateurs d’une offre étendue à de nouveaux territoires», souligne l’équipe de transport.data.gouv.fr. A ce jour, trois autorités organisatrices régionales ont également joué le jeu (Bretagne, Pays de Loire et Région Sud) et quatre autres devraient les rejoindre prochainement. Ces données permettent de couvrir 18,36 millions de personnes en France.

Premiers flux temps réel. Les équipes de transport.data.gouv.fr proposent également un accompagnement pour toutes les autorités organisatrices et opérateurs qui souhaitent ouvrir leurs flux de données temps réel d’offre de transport régulier. De quoi donner une information beaucoup plus fiable pour les usagers des trains, bus, métros et trams de France. Les agglomérations de Grenoble et Poitiers sont les premières à avoir publié leurs flux temps réel sur la plateforme. Au-delà des données transport, la plateforme recense les aires de covoiturage (collectées par Blablacar), et s’ouvre également aux nouvelles offres de mobilités. «Les agglomérations et opérateurs de vélos libre service, mais aussi tous les opérateurs de mobilités douce (scooters électriques, auto-partage en boucle, en station ou en free-floating, etc) peuvent nous contacter s’ils souhaitent rejoindre la démarche», souligne-t-on chez transport.data.gouv.fr. Les offres de vélos libre-service des agglomérations de Vannes et Belfort, exploités par l’entreprise Smoove, ont ainsi décidé d’ouvrir leurs données de localisation et de disponibilité. Des applications comme Mappy, Transit ou Géovélo sont déjà en train de les intégrer pour permettre aux cyclistes de se déplacer ou de planifier leurs trajets plus facilement. La plateforme indique également poursuivre ses travaux sur les données d’infrastructures de recharge de véhicules électriques.

G. H.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.