Dijon va construire sa station à hydrogène vert

La station « verte » servira à alimenter une flotte de 8 bennes à ordure ménagère, de 6 utilitaires légers et bientôt des bus à hydrogène.   © DR
Actualites

Grégoire Hamon

6,5M€ de budget. Dijon métropole a lancé le 14 janvier le chantier d’une unité de production et de distribution d’hydrogène vert en «circuit court», destinée à alimenter une flotte de véhicules électriques à hydrogène de la métropole, comptant huit bennes à ordures ménagères et six véhicules utilitaires légers. Mais l’objectif de cette station consiste à «déployer cette technologie aux bus lors du prochain renouvellement de parc», souligne la métropole. Dijon, finaliste du concours «Capitale verte européenne 2022» et labellisée Cit’ergie, a lancé la création d’une unité de production d’hydrogène par électrolyse et de distribution à partir de l’électricité «verte», issue de la combustion de déchets ménagers dans son unité de valorisation énergétique (UVE). L’unité sera donc créée à proximité du site de valorisation, rue Alexander Fleming. Sa création est portée par Dijon Métropole et l’entreprise Rougeot Energie, dans le cadre d’une société par actions simplifiée (SAS), baptisée Dijon Métropole Smart Energhy (DMSE). DMSE sera accompagnée par Keolis et Hynamics, filiale du groupe EDF. Le coût de la station, d’un montant total de 6,5M€, est cofinancé par la région Bourgogne-Franche-Comté et l’Ademe, cette dernière contribuant à hauteur de 1,8M€ pour l’infrastructure, et 1,6M€ pour les véhicules.

Mise en service à l’été 2021. La production d’hydrogène s’appuiera essentiellement sur l’électricité «verte» issue du groupe turbo alternateur de l’unité de valorisation énergétique, mais sera complétée à terme par de l’électricité provenant d’une ferme photovoltaïque ou par d’autres productions renouvelables de proximité. La mise en service de l’unité de production est prévue pour l’été 2021. L’électrolyseur fournira dans un premier temps 500 kilos d’hydrogène par jour, ce qui sera suffisant pour faire tourner les premiers véhicules de la métropole: un véhicule léger consomme 1 kg d’hydrogène pour rouler 100 km, alors qu’une benne à ordure ménagère utilise 20 kg pour réaliser sa tournée quotidienne.

G. H.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.