Elisabeth Borne confirme le soutien au GNV Politique et réglementations Stratégie

Elisabeth Borne, ministre en charge des Transports, en visite à l'usine Iveco de Bourbon-Lancy.   © DR
Actualites

Le Club Les Industriels

La rédaction

Maintien du suramortissement. En visite à l’usine Iveco de Bourbon-Lancy, où elle a visité les ateliers d’assemblage de moteurs Fiat Powertrain Technologies, la ministre en charge des Transports, Elisabeth Borne, a réaffirmé le gel de la TICPE sur 5 ans pour le bioGNV, et le maintien du suramortissement pour les véhicules GNV jusqu’à fin 2019. La ministre a également présidé une table-ronde réunissant les acteurs de la filière. En lien avec le secteur de la logistique et du transport de marchandises, le gouvernement soutient le développement de stations d’avitaillement. Une centaine de stations devraient ainsi être installées dans les quatre prochaines années.

Zéro particules. Le site Iveco de Bourbon-Lancy produit 40 000 moteurs chaque année, dont 4 à 5 000 fonctionnent au gaz. Ces moteurs sont destinés à la fois aux camions et aux bus. Cette part devrait augmenter au fur et à mesure du développement de la filière. « Un moteur au GNV, c’est 10 à 15 % d’émission de CO2 en moins, quasi aucune émission de particules fines, et 60% de rejet de NOx en moins », assure Pierre Lahutte, président d’Iveco. Le recours au bioGNV, énergie renouvelable issue de la méthanisation, permet en outre de compenser les émissions de CO2 liées à l’utilisation du GNV.

Sandrine Garnier

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.