En plus de la mobilité, Daimler et BMW également alliés sur le véhicule autonome Stratégie

BMW et Daimler vont concentrer leur efforts sur le développement des systèmes d'aide à la conduite de prochaine génération.   © BMW et Daimler
Actualites

Les Industriels

Grégoire Hamon

Premiers développement communs pour 2025. Tout juste après avoir annoncé la fusion de leurs services de mobilité, BMW et Daimler ont indiqué le 28 février dernier que leur coopération s’étendra également au développement des véhicules autonomes. «Plutôt que développer des solutions individuelles et propriétaires, nous préférons opter pour un système global fiable en travaillant avec de bons partenaires», justifie ainsi Ola Källenius, membre du conseil d’administration de Daimler. Dans un premier temps, les constructeurs allemands vont concentrer leur efforts sur le développement des systèmes d’aide à la conduite de prochaine génération, destinés à entrer sur le marché d’ici 2025. Ces technologies, qui couvrent jusqu’au niveau 4 SAE en matière de conduite autonome, vont de l’assistance au parking jusqu’à la conduite automatisée sur voies express.

Cycles d’innovation plus courts. L’arrivée inéluctable du véhicule autonome oblige les constructeurs à des investissements dantesques, d’autant plus que les constructeurs traditionnels voient apparaître des concurrents en provenance de l’univers de la technologie, qu’ils s’appellent Google, Uber, Tesla ou Baidu. En coopérant, Daimler et BMW espèrent développer des cycles d’innovation plus courts, ce qui leur permettra d’accélérer la commercialisation de véhicule semi-autonome, et de proposer leurs services de mobilité associés. Les deux groupes germaniques prévoient la possibilité d’étendre leur collaboration pour couvrir des niveaux plus élevés d’automatisation, à la fois sur les petites routes et dans les zones urbaines. Ils n’excluent pas non plus d’intégrer de nouveaux partenaires, comme le fait déjà Daimler avec l’équipementier allemand Bosch. Tous deux prévoient de lancer cette année à San José, dans la Silicon Valley, leur premier programme pilote de véhicule autonome de niveau 4 et 5 en milieu urbain. Au début de la prochaine décennie, Daimler entend commercialiser des véhicules semi-automatisé de niveau 3, voire de niveau 4 et 5. Pour sa part, BMW indique tester actuellement 70 véhicules semi-autonomes de part le monde et commercialisera son premier véhicule de niveau 3, l’iNext, en 2021.

G. H.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.