Feu vert pour le nouvel étiquetage des pneumatiques

Ébauche de la future étiquette avec son QR-code (I). Les points II, III, IV, V donneront des informations sur le le nom du fabricant, la référence, la dimension et classe du pneu. Un pictogramme (VI) indiquera l’efficacité en carburant, un autre (VII) son adhérence sur sol mouillé.   © Parlement européen
Actualites

Grégoire Hamon

Les cars et bus désormais concernés. Le Parlement européen a adopté le 13 mai dernier les nouvelle règles d’étiquetage des pneumatiques pour véhicules légers et lourds, telles qu’elles avaient été convenues avec le Conseil des ministres de l’UE. Le nouveau système d’étiquetage, qui sera applicable à compter du 1er mai 2021, permettra de dépoussiérer l’actuel règlement qui date de 2009. Nouveauté: il s’appliquera également aux véhicules utilitaires lourds (camions et bus, pneus dits C3) qui ne sont pas actuellement couverts par les exigences européennes en matière d’étiquetage. Il informera les consommateurs sur l’efficacité en carburant, l’adhérence sur sol mouillé et le bruit de roulement des pneus. «À plus long terme, l’étiquette inclura des informations sur le kilométrage, l’abrasion et l’adhérence sur la neige et le verglas. Les données relatives au kilométrage et à l’abrasion seront ajoutées lorsqu’une méthode de test sera disponible», signale-t-on au Parlement européen. Une attention sera également accordée au rechapage, avec l’application d’exigences d’étiquetage à ce type de pneumatiques. «Le présent règlement devrait prévoir l’inclusion future d’une méthode d’essai appropriée pour mesurer la performance des pneumatiques rechapés, laquelle n’est actuellement pas disponible.»

Micro-plastiques. «L’abrasion des pneus sur la route représente une source importante de micro-plastiques. Le règlement traite cette question urgente en incluant les paramètres de kilométrage et d’abrasion dans le champ d’application dès que des méthodes d’essai appropriées seront disponibles», signale la rapporteure finlandaise Henna Virkkunen (PPE). L’adhérence d’un pneu pouvant faire varier de 5 à 10% la consommation de carburant d’un véhicule, le nouveau système d’étiquetage pourrait aboutir «à une réduction de 10 millions de tonnes d’émissions de CO2 et à une augmentation de chiffre d’affaires de 9 milliards d’euros pour le secteur», a calculé le Parlement européen. Les étiquettes devront être clairement lisibles pour les consommateurs, être présentes partout où les pneus sont vendus et comporter un QR-code facile à scanner.

G. H.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.