FIT de Leipzig : les ministres veulent des Transports décarbonés Politique et réglementations Stratégie

  © JFB
Actualites

Les Collectivités Les Industriels Les Opérateurs

Jean-François Belanger

Les ministres des Transports, réunis en sommet au Forum International des Transports (FIT), à Leipzig, ont paraphé, avant de se séparer le 20 mai, une déclaration bien en ligne avec les accords signés par 177 Etats lors de la Cop 21, à Paris en décembre dernier, et en l’attente de la Cop 22, qui se tiendra à Marrakech en novembre prochain.

Parmi les engagements signés, on relève les encouragements qui seront accordés aux efforts en faveur des transports publics et les formes intermodales de mobilité dans les espaces urbains, en vue d’améliorer leur efficacité, réduire la congestion du trafic, les émissions de Co2, la pollution atmosphérique et le bruit.

Sur ce point, le FIT a déjà avancé en réunissant une quarantaine de partenaires qui vont s’engager à ses côtés. Parmi eux, on retrouve pêle-mêle des grandes entreprises du secteur : ExxonMobil, Ford, Google, IBM, Total, SNCF, Michelin, Uber… et de grandes institutions internationales : l’Union Internationale des Transports Publics (UITP), l’Union Internationale des Chemins de Fer (UIC), l’Université de Californie…, et la Banque Mondiale.

Tous sont engagés dans le « Projet Global de Décarbonisation du Transport ». L’objectif est de contrarier la progression des émissions de Co2 dont la part qui provient des énergies fossiles, au niveau mondial est montée à 23%, avec une tendance à s’accroître. « Le projet que nous lançons aujourd’hui, c’est de réduire la part d’émission de Co2, en provenance du secteur transport, sans sacrifier son accès, les nouvelles opportunités et l’efficacité économique« , a précisé José Viegas, Secrétaire Général du FIT.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.