La FNAUT demande le report de la construction des gares de la LGV Nîmes-Montpellier Stratégie Territoires

 
Actualites

Les Collectivités

Michel Chlastacz

La Fédération Nationale des Associations d’Usagers des Transports qui, dès la conception de la LGV Paris-Lyon, dénonçait le principe des gares «extra-urbanisées» non reliées au réseau ferré existant, estime que les deux gares TGV de Nîmes-Manduel et de Montpellier-La Mogère, prévues sur la ligne de Contournement à grande vitesse Nîmes-Montpellier, ne sont rien moins qu’ « inutiles et dangereuses ». Et elle demande le report de leur réalisation.

Gares « inutiles » alors que la réalisation de la LGV semble être « étalée » dans le temps au profit de celle de Bordeaux-Toulouse, que « ces gares seraient difficilement accessibles depuis les centres- villes » et que « leur utilisation impliquerait des pertes de temps dissuasives pour les voyageurs ».

Gares  « dangereuses » aussi, mais au point de vue économique, puisqu’elles « resteraient quasi-inutilisées pendant des années » car « pendant longtemps, les TGV desservant le Languedoc ne pourront être rentabilisés que s’ils desservent directement les gares centrales de Nîmes et de Montpellier. La construction des gares de Manduel et de La Mogère serait donc contraire à l’intérêt économique de SNCF Mobilités. [Plus encore] sa poursuite constituerait un gaspillage particulièrement choquant alors que les difficultés budgétaires obligent SNCF Réseau et les Régions à reporter d’autres investissements ferroviaires pourtant urgents ».

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.