Ford travaille à supprimer les feux rouges Produits

Ford étudie comment chorégraphier la vitesse des voitures connectées aux intersections pour éviter de mettre en place des arrêts obligatoires.   © Ford
Actualites

Les Opérateurs

Grégoire Hamon

Fluidifier le trafic. Des feux rouges devenus obsolètes. Le constructeur Ford indique travailler sur une nouvelle technologie dédiée aux véhicules connectés, destinée à fluidifier automatiquement le trafic à l’approche d’une intersection. Cette technologie, appelée IPM (Intersection Priority Management) a été dévoilée il y a quelques jours au Royaume-Uni, dans le cadre du programme gouvernemental UK Autodrive. L’objectif? Abolir les arrêts intempestifs au volant, réduire les embouteillages et augmenter la sécurité des usagers de la route. «On sait tous combien les carrefours et les feux rouges peuvent être source de stress et de danger pour les usagers de la route», évoque Christian Ress, responsable des technologies d’assistance à la conduite chez Ford. En Europe, les intersections sont responsables de plus de 60% des accidents de la route. En outre, chaque année, un conducteur passe en moyenne l’équivalent de deux journées entières à attendre aux feux. Ces arrêts sollicitent également les freins et l’accélérateur, sources de consommation et de pollution. «Avec cette technologie innovante, nous pouvons imaginer un monde dans lequel les véhicules connectés coopèrent de façon intelligente entre eux mais également avec toute l’infrastructure environnante.»

Protocole V2V. UK Autodrive, qui réunit des constructeurs et des entreprises comme Ford, Land Rover, Tata, Thales et Axa en relation avec des universités anglaises, ambitionne de tester ces innovations en conditions réelles de circulation. Lors des premiers essais, les véhicules de tests ont été équipés du protocole V2V (protocole de communication entre véhicules connectés) qui partage en temps réel la localisation du véhicule, sa direction et sa vitesse. Le système embarqué IPM peut anticiper une intersection et la trajectoire des autres véhicules à l’approche. Il va alors déterminer une vitesse optimale pour chaque véhicule, qui lui permettra de circuler de manière fluide et en toute sécurité, sans avoir à s’arrêter. Pour l’instant, chaque véhicule de test est conduit par un conducteur, mais cette technologie sera bien évidemment parfaitement adaptée aux véhicules autonomes. «Si la gestion de chaque carrefour devenait automatisée, cela pourrait signifier la disparition, un jour, des feux de circulation, stop ou céder le passage», indique Ford dans son communiqué. Un rêve de constructeur automobile qui ne doit pas oublier de prendre en compte les piétons, cyclistes et autres trottinetteurs, qui, espérons-le, n’auront pas l’obligation d’être badgés pour avoir le droit de circuler.

G. H.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.