Pour le Grand Nancy, faire et défaire, c’est toujours faire quelque chose Territoires

 
Actualites

Les Collectivités

Jean-Philippe Pastre

Un article paru dans L’Est Républicain le 28 juin dernier révèle que le Grand Nancy a financé à hauteur de 300 000€ le démantèlement d’une partie des lignes aériennes de contact sur l’itinéraire de la ligne n°2 sur l’axe Godfroy de Bouillon-Libération, ainsi que carrefour de Beauregard. Cet équipement avait été installé au début des années 1980 lorsque Nancy fit le choix d’un trolleybus bi-mode de grande capacité (à l’époque des Renault V.I PER180-2). La ligne n°2 devait hériter du fameux TVR de Bombardier avant que les surcoûts et les problèmes techniques de la ligne n°1 ne renvoie ce projet aux oubliettes. Les lignes aériennes furent préservées jusqu’à ce que, tout d’un coup, les élus du Grand Nancy s’inquiètent de la «pollution visuelle» de celles-ci (propos de Laurent Garcia Vice-Président du Grand Nancy délégué aux transports rapporté dans l’article de l’Est Républicain).

Comme Grenoble par le passé, la collectivité trouve le moyen de financer le démantèlement d’installations qui auraient pu assurer un service de transport éléctrifié au moment précis où la Loi de transition énergétique fait une large place aux autobus électriques.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.