Grand Paris Express : le président de la SGP réfute tout dérapage budgétaire Territoires

Vue d'artiste de la future gare de Noisy-Champs.   © DR
Actualites

Les Collectivités Les Opérateurs

La rédaction

Provisions et aléas. Le président du directoire de la Société du Grand Paris (SGP), Philippe Yvin, s’est expliqué auprès de l’AFP sur la différence entre les 22 milliards d’euros de budget annoncés en 2010 et les 35 milliards désormais avancés pour la construction du réseau de métro automatique. Cet écart tient notamment à la réévaluation du coût après la réalisation des études techniques, soit 28 milliards d’euros auxquels s’ajoutent des provisions et des aléas, pour atteindre 35 milliards d’euros. Un « coût d’objectif » sera fixé en conseil de surveillance pour chacun des sept tronçons du Grand Paris Express. Ces coûts d’objectifs devraient tous être déterminés d’ici 2018.

Construire de belles gares. La présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse a récemment mis en garde contre les « dépassements de budget », pointant également les coûts liés aux « gestes architecturaux » effectués pour la construction des gares. Philippe Yvin a précisé que 95% du coût d’une gare est lié à la « boîte technique souterraine », le budget moyen des gares de la ligne 15 Sud étant de 150 millions d’euros. Il a également rappelé la volonté de la SGP de construire de belles gares en banlieue, destinées à être le point de départ du renouvellement urbain dans un certain nombre de quartiers.

La rédaction

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.