Hyundai s’intéresse au marché français Produits

Le car de tourisme Hyundai Universe est ici en version à plancher intermédiaire. Il existe aussi avec un plancher haut. Dans ce cas, son montant B est ostensiblement incliné vers l’avant et peint couleur caisse.   © DR
Actualites

Les Industriels

Michel Grinand

Un challenger de taille. Le groupe Hyundai envisage de s’implanter sur le marché européen des cars et bus. Il étudie notamment les marchés britannique, allemand et français en s’intéressant aux contextes d’utilisation et aux préférences des clients. Comme il l’a fait pour ses voitures particulières, puisque le groupe a créé des bureaux d’études en Europe afin d’adapter sa production automobile à nos marchés, Hyundai est capable de refondre ses cars et bus afin de les adapter à nos marchés. Hyundai est aujourd’hui le quatrième constructeur mondial d’automobiles avec ses trois marques Hyundai, Kia et la petite dernière, Genesis. En 2016, 6% des voitures vendues en Europe étaient des Hyundai ou des Kia. Hyundai est un chaebol coréen, c’est-à-dire un conglomérat industriel géant. Acteur majeur des industries navales, électroniques, militaires et automobiles, il produit, entre autres, des camions et des véhicules de transport en commun.

L’Elec City déjà sur le marché de l’électrique. Dans cette dernière catégorie, la gamme actuelle comprend le minicar à moteur avant County, le midicar Aero Town, le car urbain Aero City et enfin, le car de tourisme Universe. Ce dernier est, à ce jour, celui qui pourrait le plus facilement trouver sa place sur le marché européen. Cependant, certaines de ses caractéristiques restent décalées par rapport à nos standards, par exemple ses freins à tambours, sa longueur limitée à 12 m, sa modeste puissance au litre, ou l’ABS en option. Le 25 mai dernier, Hyundai présentait aussi son bus électrique Elec City. Hors taxes à l’importation, son prix serait à peine supérieur à 150000 euros ! L’Elec City est un véhicule long de 11 m, alimenté par une batterie lithium-ion-polymère de 256 kWh et animé par des moteurs-roues de 120 kW. Sa commercialisation devrait débuter en février 2018, d’abord uniquement en Corée de Sud, mais les ambitions du groupe coréen vont bien sûr au-delà.

Loïc Fieux

 

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.