Île-de-France Mobilités cherche opérateur pour lignes 16 et 17 du Grand Paris Express

Qui exploitera le métro du Grand Paris Express ? Ile de France mobilités lance son premier appel d'offres   © Alstom
Actualites

Marc Fressoz

Top départ. Les candidats à l’exploitation des lignes 16 et 17 du futur super métro automatique de la banlieue parisienne ont jusqu’au 18 mai à midi pour remettre leur proposition à Île-de-France Mobilités (IdFM). L’Autorité organisatrice de l’infrastructure a en effet publié le 26 mars son premier appel d’offres pour la gestion des lignes du réseau du Grand Paris Express. Le calendrier des Jeux Olympiques de l’été 2024, dont des sites importants en Seine-Saint-Denis doivent être desservis par ces lignes, dicte le timing et le découpage du marché. IdFM saucissonne en effet les lignes 16 et 17 en tranches. La section centrale, située entre Saint-Denis-Pleyel et Clichy Montfermeil/Le Bourget Aéroport sera ainsi attribuée de façon ferme en vue des Jeux. «Deux ans de pré-exploitation sont prévus, avec démarrage prévisionnel de l’exploitation courant 2024», indique IdFM, qui devrait faire son choix en 2021, au plus tard en 2022. L’exploitation des autres tranches des lignes 16 et 17 sera confiée à l’opérateur choisi, à la condition que la ligne ouvre en totalité avant la fin du premier semestre 2029. À cette date, le  contrat d’une durée de 7 ans sera arrivé à échéance. Toutefois, sa durée pourra être étendue jusqu’à deux ans. Au total, l’exploitation représentera 50.000 trains-kilomètres commerciaux par semaine. Sauf surprise, la totalité des opérateurs français (RATP Dev, Keolis, Transdev) qui rongent leur frein sur ce marché devraient répondre présents. Reste à savoir quels concurrents étrangers candidateront.

Arrivée hors délai ? Avec le Covid-19, les chantiers de percement du Grand Paris Express sont à l’arrêt, suite au confinement en vigueur depuis le 17 mars. Ce qui fragilise encore plus le calendrier déjà hyper-tendu d’ouverture partielle des lignes 16 et 17. «Si c’est l’affaire de quelques semaines, c’est encore jouable, veut-on croire à la Société du Grand Paris, même s’il faudra du temps pour redémarrer le chantier.» Pas de méthode Coué en revanche chez IdFM, qui prend pour quasi acquise une arrivée hors délais pour les JO.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.