La Chine inaugure sa LGV sans conducteur

Le  Fuxing est le premier train automatisé au monde pouvant atteindre une vitesse de 350 km/h.   © China Railway
Actualites

Grégoire Hamon

5G et positionnement satellitaire Beidou. La Chine a inauguré le 30 décembre dernier son premier train autonome à grande vitesse, présenté comme le plus rapide au monde de sa catégorie. Ce nouveau train, appelé «Fuxing», permet de relier la capitale Beijing à la ville de Zhangjiakou, qui doit accueillir les Jeux olympiques d’hiver en 2022. Selon la China Railway Corporation (CRC), cette ligne de 174 km permet de relier les deux villes en 47 minutes, contre plus de 3 heures auparavant, avec des pointes à 350 km/h. Elle comporte 10 stations, dont Badaling Changcheng, qui permet d’accéder à la Grande Muraille de Chine . C’est aussi la première ligne ferroviaire à bénéficier du positionnement GNSS offert par le réseau satellitaire chinois Beidou, concurrent du GPS américain et de l’européen Galileo. Automatiques, les trains démarrent et s’arrêtent dans les gares selon un horaire précis et changent de vitesse en fonction des limites entre les gares. Un pilote reste cependant à bord par mesure de sécurité. Cette ligne bénéficie d’équipements bimodaux 4G et 5G et sera donc compatible avec la mise à niveau à venir du réseau 5G, permettant par exemple de diffuser les JO en direct dans les trains.

Vitrine technologique. Les nouveaux trains utilisés, destinés à devenir une vitrine technologique, sont dotés de wagons disposant de grandes zones de stockage pour les équipements de sports d’hiver, de sièges avec panneaux de commande à écran tactile 5G, d’un éclairage intelligent et de milliers de capteurs de sécurité en temps réel. Les gares font appel à des robots et à la reconnaissance faciale pour orienter les passagers, faciliter les montées à bord et l’enregistrement des bagages. La Chine a prévu de consacrer 360 milliards d’euros entre 2016 et 2020 pour construire pas moins de 23.000 kilomètres de nouvelles voies ferrées. La ligne automatique entre Beijing et Zhangjiakou a coûté à elle seule 7 milliards d’euros. En 2019, le pays possédait 35.000 kilomètres de lignes à grande vitesse, le plus grand réseau ferroviaire au monde (les deux tiers du total mondial).

G. H.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.