La Chine utilise la reconnaissance faciale pour payer le métro Pratique et ressources

Un premier test est actuellement mené à la station Futian du métro de Shenzhen.   © DR
Actualites

Grégoire Hamon

5G et intelligence artificielle. Il sera bientôt possible de payer son ticket de métro en Chine grâce à la reconnaissance faciale. Un premier test est actuellement mené à la station Futian du métro de Shenzhen. SZMC, l’opérateur du métro de cette ville située au sud de la Chine, s’appuie sur le déploiement de la technologie 5G dans cette station pour mener différentes expérimentations, dont le paiement par la reconnaissance des traits du visage, pour lequel il recourt également aux algorithmes d’intelligence artificielle développés par Huawei. Dans cette gare, signale le South China Morning Post, les navetteurs peuvent faire scanner leur visage sur un écran de la taille d’une tablette situé à l’entrée du métro, au lieu de présenter un billet ou payer en numérisant un QR code avec leur smartphone. SZMC n’a pas précisé quand ce service serait adopté sur l’ensemble de son réseau, qui concentre une moyenne de 5 millions de déplacements par jour.

Smile to Pay. Ce n’est pas la première fois qu’une application de paiement par reconnaissance facile est déployée en Chine. Depuis 2017, il est possible de payer dans la chaine de restaurant KFC via le système de reconnaissance «Smile to Pay», une technologie créée par Alibaba qui permet de payer sa nourriture au travers du service de transaction Alipay, également créé par la firme. En octobre dernier, cette technologie a aussi été déployée à l’aéroport international Hongqiao de Shanghai pour faciliter les enregistrements de bagages et l’embarquement des passagers. L’Australie utilise pour sa part cette technologie à l’aéroport de Sydney pour faciliter de départ à l’international des voyageurs de la compagnie Qantas. Mais à l’inverse de la Chine, l’Australie évite de recourir à cette technologie pour surveiller l’ensemble de sa population, en dénonçant publiquement les passants qui traversent au rouge, ou en espionnant une bonne partie de la population ouïghour.

G. H.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.