La Deutsche Bahn tire parti d’un bon millésime Politique et réglementations Produits Territoires

Rüdiger Grube, président du groupe, livre une feuille de route sociale et environnementale.   © DR
Actualites

Les Collectivités Les Industriels

La rédaction

Le cru 2011 fut un bon millésime pour la Deutsche Bahn, qui revendique un chiffre d’affaires de 38 milliards d’euros et un bénéfice de 2,3 milliards d’euros. Objectif du groupe : doubler la mise à l’horizon 2020.

« Au cours de l’exercice 2011, nous avons connu un développement économique positif imputable à une bonne conjoncture globale, en particulier en Allemagne, qui s’est une nouvelle fois révélée comme le moteur de l’Europe avec une hausse de 3% de son produit intérieur brut », soulignait Rüdiger Grube, président du groupe Deutsche Bahn, lors de la présentation des résultats annuels à Berlin le 29 mars 2012.

 

La fréquentation progresse

 

Enregistrant 5,3 millions de passagers allemands quotidiens, ce sont près de deux milliards de voyageurs qui ont fréquenté les ICE rouge et blanc de la Deutsche Bahn contre 1,95 milliard en 2010. Au sein de ses bus, la fréquentation est passée de 784 millions de passagers annuels en 2010 contre 756 millions l’an dernier. Assurant avoir retrouvé, du moins pour sa branche fret, son niveau d’avant crise, le groupe a enregistré un chiffre d’affaires consolidé de 38 milliards d’euros et un bénéfice de 2,3 milliards d’euros. Des résultats en ligne avec ses objectifs et reflétant notamment la consolidation de l’entreprise britannique Arriva rachetée en 2010. 

 

Revirement stratégique en vue

 

Se concentrant ces dernières années sur la perspective d’une introduction en Bourse qui ne s’est pas réalisée, ce sont désormais les aspects sociaux et économiques qui sont au cœur de la stratégie de la compagnie. Objectifs : atteindre un chiffre d’affaires de 70 milliards d’euros d’ici 2020, baisser son seuil d’émissions de dioxyde de carbone d’ici 2050, et réduire de 50% la nuisance sonore dont elle est à l’origine d’ici 2020. En fin côté investissements, la feuille de route table sur 86 milliards d’euros d’ici 2020, notamment dans la rénovation de gares, la modernisation de son parc de trains et des infrastructures, ainsi que l’amélioration du service et de l’information aux usagers. Pour info, le groupe versera, au titre de l’exercice 2011, près de 525 millions d’euros de dividendes à son actionnaire, l’Etat fédéral.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.