La Normandie va gérer ses trains Intercités Politique et réglementations Territoires

  © DR
Actualites

Les Collectivités

Pierre Cossard

Le Premier ministre Manuel Valls a fait le déplacement le 25 avril jusqu’au Mont-Saint-Michel pour signer une convention historique avec Hervé Morin, nouveau président (UDI) de la Normandie.

Cette convention, unique en France à ce jour, officialisera le transfert des Intercités – comme Le Havre-Rouen-Paris ou Cherbourg-Caen-Paris – à la région normande. En contrepartie, l’État devrait s’engager à verser 700 millions d’euros destinés à l’achat de nouvelles rames qui pourraient être opérationnelles en 2018.

Ce transfert des grandes lignes à la Normandie aura un coût : un déficit annuel à 20 à 30 millions d’euros pour le fonctionnement et des travaux sur les lignes pour 800 millions d’euros. La maintenance devrait être assurée à Sotteville-lès-Rouen, Caen et Granville.

Durant la campagne des régionales, Hervé Morin avait fait de ce transfert de compétence un véritable cheval de bataille, affichant clairement comme objectif d’améliorer la qualité de ces dessertes ferroviaires, jusqu’alors effectuées par des trains Corail très âgés et trop souvent en retard.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.