Le Cerema a développé un outil d’étude sur l’offre de SLO au niveau régional Pratique et ressources

L'outil développé a permis un recueil automatisé des données permettant de recenser l’ensemble des trajets au départ et à l’arrivée de la région.   © DR
Actualites

Le Club Les Collectivités Les Opérateurs

Grégoire Hamon

Un outil réutilisable. Le Cerema indique qu’il vient de réaliser un outil permettant la récolte automatique des trajets proposés par les opérateurs de SLO, en répondant initialement à la demande de la DREAL des Pays de la Loire. La récolte des données s’effectuait jusqu’alors de façon manuelle. «La DREAL a demandé au Cerema Ouest de développer un outil de recueil automatisé des données permettant de récolter l’ensemble des trajets au départ et à l’arrivée de la région de façon régulière (2 à 3 fois dans l’année) et suivie. L’objectif à terme est de le diffuser dans les autres directions territoriales du Cerema pour disposer de données sur les offres des services de transport librement organisés partout en France», souligne-t-on au Cerema. La récolte des données s’effectue par le biais d’une interrogation des sites des opérateurs pour lister les arrêts existants, ces arrêts sont croisés avec la base des communes de l’INSEE pour déterminer les villes desservies par ces opérateurs. Des listes communes au départ (dans la région des Pays de la Loire) et à l’arrivée (dans toute la France) sont alors dressées, avec la recherche des itinéraires proposés sur la période sélectionnée. Ce travail est complémentaire de celui de l’Arafer, qui compile chaque trimestre des données d’offre et de fréquentation pour les différents opérateurs. L’outil du Cerema, qui enregistre les données sous forme de fichier .csv afin d’en faciliter l’exportation, a déjà été utilisé pour une étude sur les différentes offres de transport sur une sélection de liaisons au départ ou à l’arrivée de Lyon et Clermont-Ferrand.

Complémentarité. Le premier rapport sur les cars «Macron» dans la région des Pays de la Loire présente les résultats de deux recueils de données effectués en juin et septembre 2018. Consultable en ligne, il permet de mettre au jour quelques éléments notables. En général, les dessertes se concentrent globalement sur les villes les plus peuplées et les grands axes de déplacements. Un certain nombre de liaisons transversales peu desservies sont également proposées, notamment de l’Ouest vers le Sud-Est et le Sud-Ouest. Une certaine complémentarité peut être observée avec les autres modes de transports. Ainsi, les plus grosses liaisons sont souvent celles non desservies ou ne bénéficiant pas d’un bon niveau de service en train (Nantes –Rennes, Nantes – Bordeaux, Angers – Clermont-Ferrand, etc.). Les liaisons radiales (au départ ou à l’arrivée de Paris) restent toutefois majoritaires. Il apparait que les opérateurs restent extrêmement agiles. Entre les deux relevés, près des trois quarts des services proposés ont été modifiés (créations de nouvelles liaisons, suppression de liaisons, augmentation et diminution de fréquence). Le nombre d’opérateurs présents sur une liaison donnée a aussi une influence importante sur le prix pratiqué.

G. H.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.