Le groupe VW sécurise ses approvisionnements en lithium Stratégie

Les batteries d’un bus électrique comme le MAN Lion’s City E peuvent nécessiter jusqu’à 70 kg de lithium.   © MAN
Actualites

Les Industriels

Grégoire Hamon

Hausse rapide de la demande en matières premières. Le groupe Volkswagen, qui s’est radicalement converti à l’électromobilité depuis le scandale du Dieselgate, tente de sécuriser ses approvisionnements en lithium, composante fondamentale pour les batteries de ses véhicules électriques. Le constructeur automobile a indiqué le 5 avril qu’il avait signé un accord avec le groupe chinois Ganfeng pour se fournir sur dix ans en précieux métal. Ganfeng Lithium Co (GLC) est le leader mondial de composés de lithium et de métaux. «Un quart des véhicules que nous livrerons en 2025 seront électriques. Nous allons être confrontés à une hausse rapide de la demande en matières premières destinées à la production des cellules dans les années à venir. Nous avons tout intérêt à nous assurer dès aujourd’hui que ces besoins soient couverts. Les contrats à long terme, comme celui que nous venons de conclure avec Ganfeng pour le lithium (une matière première clé), revêtent une importance stratégique cruciale pour la mise en œuvre de notre offensive électrique», a indiqué Stefan Sommer, membre du directoire du groupe Volkswagen, en charge des composants et de l’approvisionnement.

La Chine produira 62% des batteries électriques en 2020. Le groupe, qui outre sa propre marque possède notamment les constructeurs de bus Scania et MAN, prévoit de vendre en 10 ans quelque 22 millions de véhicules électriques, notamment pour échapper à de lourdes amendes européennes. Le marché des batteries litlium-Ion, principale composante actuelle, est détenu à 75% par l’Asie. «La Chine produira 62% des batteries électriques en 2020», indique ainsi Guillaume Pitron, journaliste et auteur de l’ouvrage La guerre des métaux rares. Selon ses projections, en 2020, la Chine dominera le marché des méga usines de production de batteries Lithium-ion, devant les Etats-Unis (22%), la Corée du Sud (13%) et la Pologne (3%). On compte actuellement 113 g de lithium (600 g de carbonate de lithium) par kWh de capacité de stockage de batterie. Ainsi, la batterie d’une voiture électrique de type Renault Zoé, d’une capacité de 41kWh, nécessite en théorie 5 kg de métal. Celle du tout récent MAN Lion’s City E, qui embarque 480 kWh en version 12 mètres (6 batteries) et 640 kWh en version articulée de 18 mètres (8 batteries), nécessite respectivement 54 et 72 kg de lithium.

G. H.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.