Le métro londonien rend hommage aux champions Pratique et ressources Stratégie

  © TfL
International

Les Collectivités

La rédaction

Pour accéder à la station Roger Federer, prière de changer aux « hubs » Nadia Comaneci ou Michael Jordan. Pour les Jeux Olympiques 2012, le comité d’organisation britannique a décidé de rebaptiser les 316 arrêts du métro sur le principe d’une discipline par ligne et d’un champion par station.

Lionel Messi, Rafael Nadal, Michael Jordan, Jesse Owens mais aussi Justine Henin, Marie José Pérec, David Douillet, Jeannie Longo, Julien Absalon ou encore Christian d’Oriola… Ils ont marqué l’histoire des Jeux Olympiques et le comité d’organisation a décidé de leur rendre hommage en rebaptisant les 316 stations du Tube durant tout l’été. 

 

Une sélection parfois houleuse

En coulisses, se mettre d’accord sur le choix des athlètes n’a pas été une mince affaire. « Les débats ont été parfois houleux et des changements tardifs ont été apportés. Au final, des dizaines de nations et toutes les disciplines des prochains JO sont représentées. Mohammed Ali et Michael Phelps, deux des plus grands figures de l’histoire des Jeux, gardent la station de Stratford, porte d’entrée vers les Jeux », ont déclaré Alex Trickett et David Brooks, auteurs de l’opération « Undeground Olympic Legends Map ». 

 

Les valeureux perdants aussi
Conceptuellement, il s’agissait également de faire preuve de fairplay. Alors pas question de faire l’impasse sur les sportifs tout aussi « célèbres pour leurs défaites« , comme le marathonien italien Dorando Pietri, qui en 1908 avait remporté la course avant d’être disqualifié à cause d’une chute pour laquelle il avait reçu de l’aide…. et avait pu poursuivre jusqu’à la ligne d’arrivée.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.