Le nouveau Mercedes Sprinter City 75 élu minibus de l’année 2019 Produits

Le nouveau Sprinter City 75 remplace, grâce à son nouveau pont, le précédent modèle Sprinter City 77 à trois essieux. Il a une capacité de 37 personnes dont 22 assises. Il profite d’une double porte avant dont ne dispose pas tous ses concurrents.  
Actualites

Le Club Les Industriels

La rédaction

Cinq candidats. Au cours d’une compétition qui l’a opposé à quatre autres véhicules, dont deux présentés par des carrossiers espagnols, le Sprinter City 75 s’est imposé de manière indiscutable. Créé il y a deux ans, le Trophée du minibus de l’année est décerné par le jury de journalistes qui élit également le bus et le car de l’année, et au sein duquel la France est représentée par votre magazine Bus&Car Connexion. Chaque véhicule candidat fait l’objet d’une présentation par son constructeur, puis les membres du jury l’essaient à la fois en tant que conducteurs et en tant que passagers. Tous les détails comptent. Une suspension trop ferme, un accessoire qui crée un angle mort, une boîte de vitesses inadaptée, une ambiance intérieure déplaisante, une finition perfectible, un prix décalé ou toute autre caractéristique peut déplaire au jury dont tous les membres interviennent méthodiquement à propos de chaque véhicule lors de la délibération.

Pont arrière. Pour triompher, le Sprinter ne pouvait pas compter que sur la force de sa marque. On ne gagne pas parce qu’on s’appelle Mercedes, mais il est vrai que cette marque est largement diffusée et peut garantir la disponibilité des pièces, notamment celles de la carrosserie puisque celle-ci est réalisée par le constructeur. Et le SAV, ça compte! N’en concluez pas que le jury a été dithyrambique à propos du Sprinter. Certains de ses défauts ont été soulignés, par exemple l’absence de commande manuelle pour le ralentisseur, toujours couplé au frein au pied. Face à un challenger comme le Daily Minibus Natural Power (gaz), le Sprinter a fait valoir la vraie nouveauté qui réside dans son nouveau pont arrière «5 tonnes». Jusqu’à maintenant, le Sprinter urbain le plus capacitaire était le Sprinter City 77, étrangement monté sur trois essieux afin de délester son pont moteur. Avec l’arrivée du nouveau pont, le troisième essieu du modèle 77 devient inutile. Le modèle 75 succède ainsi au modèle 77. Dans la foulée, le Sprinter aligne son PTAC sur celui du Daily, moins bien suspendu, mais nettement moins cher, ce qui ne manquera pas de convaincre les utilisateurs privés. Quant au Sprinter City 75, long de 8,4 m, il complètera efficacement des flottes urbaines pour l’exploitation de lignes où un véhicule de 10 ou 12 m ne se justifierait pas.

Loïc Fieux

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.