Le régulateur de vitesse adaptatif évite les coups d’accordéon Produits

Le recours au régulateur de vitesse adaptatif évite la formation de bouchons en cas de ralentissements intempestifs.   © Ford
Actualites

Les Industriels

Grégoire Hamon

Mieux gérer les ralentissements. L’usage généralisé du régulateur de vitesse adaptatif permettrait d’éviter la création d’embouteillages fantômes, ces ralentissements qui se créent sur l’autoroute en dehors de tout incident particulier. C’est ce que soutient le constructeur Ford à l’appui d’une étude menée en collaboration avec les chercheurs de l’université Vanderbilt (États-Unis). Lors d’une simulation réalisée sur route fermée, 36 conducteurs ont reproduit un embouteillage classique sur autoroute à trois voies. Sur chaque voie, le véhicule situé devant est passé subitement de 97km/h à 64km/h, afin de simuler un ralentissement général. L’expérience a été effectuée avec et sans régulateur de vitesse adaptatif activé. Résultat: en l’absence de régulateur adaptatif, «chaque conducteur a freiné plus fort que le véhicule situé devant lui, provoquant une vague de ralentissements conduisant à un embouteillage fantôme», relate Ford. De fait, les véhicules équipés du régulateur ont réduit les effets d’un ralentissement général, allant parfois jusqu’à l’atténuer presque totalement. En réduisant à 33% le nombre de véhicules de test avec le régulateur de vitesse adaptatif activé, les chercheurs se sont même aperçus que les résultats étaient sensiblement identiques qu’avec 100% des véhicules équipés.

Réduire les embouteillages. Le régulateur de vitesse adaptatif, présent sur la plupart des véhicules, permettent de ralentir et accélérer automatiquement afin que le véhicule conserve son allure de croisière tout en gardant une distance de sécurité par rapport au véhicule qui le précède. « Cela fait des années que chercheurs et ingénieurs étudient les embouteillages et les différentes technologies pour les enrayer, en les faisant communiquer entre eux ou bien en anticipant les événements qui se produisent devant le véhicule, explique Daniel Work, ingénieur civil et professeur à l’université Vanderbilt. Cette démonstration était une opportunité unique de comprendre comment des technologies déjà disponibles sur des véhicules existants peuvent avoir une influence positive sur les embouteillages ».

G. H.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.