Les élus du transport saluent la victoire d’Obama Politique et réglementations Stratégie Territoires

  © Barack Obama a promis le développement des transports publics aux États-Unis © DR
Actualites

Les Collectivités Les Opérateurs

La Rédaction

Durant sa campagne, le futur président des États-Unis a promis de signer le protocole de Kyoto pour la réduction des gaz à effet de serre, et de développer les transports collectifs, urbains et interurbains. Un défi de plus pour Barack Obama.

L’élection de Barack Obama à la présidence des États-Unis est « un espoir pour l’environnement et la mobilité durable ! », indique le Groupement des autorités responsables de transport (Gart). Dans un communiqué, les élus français du transport saluent en effet la victoire du candidat démocrate qui a promis que s’il était élu, il engagerait son pays vers une réduction de la dépendance à l’automobile et dans la lutte contre les gaz à effet de serre. Tout comme le retrait des GI en Irak et le redressement de l’économie américaine, l’ampleur du défi énergétique auquel le nouveau président sera confronté dès son accession au pouvoir le
20 janvier 2009 est énorme ! Car si les Américains avaient commencé à prendre les autobus, les cars ou les métros à cause de la flambée du prix des carburants mi-2008, ils ont vite repris le volant en septembre, quand le prix de l’essence à la pompe est retombé.


Les États-Unis pourraient enfin signer le protocole de Kyoto

Lors de sa campagne électorale, le candidat démocrate Obama a pris des engagements forts pris en faveur du développement durable et des transports collectifs :

  • Réduction des émissions de CO2 de 80% par rapport au niveau de 1990 d’ici à 2050
  • Investissements massifs dans les transports et les énergies nouvelles
  • Développement des modes alternatifs à la voiture individuelles (vélo, marche)
  • Lancement d’un grand plan de connexion des principales villes américaines par des lignes ferroviaires à grande vitesse, pour offrir aux Américains une alternative au déplacement aérien (les Californiens viennent d’ailleurs de se prononcer en faveur du financement public d’un train à grande vitesse entre Sacramento et San Francisco – Alstom, Bombardier et Siemens sont sur les rangs)
  • Développement du transport ferré de marchandises

« La mise en œuvre de telles orientations, qui pourrait enfin préfigurer la ratification du protocole de Kyoto par les États-Unis, rendra enfin possible le combat mondial pour la préservation de l’environnement et le développement d’une mobilité durable », concluent les élus du GART.


Nathalie Arensonas

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.