Les transports publics réclament des financements à l’État Politique et réglementations Stratégie Territoires

  © Les projets de transport en commun doivent être financés à 20% par l'État © Gart
Actualites

Les Collectivités Les Opérateurs

La Rédaction

Les vœux du Groupement des autorités responsables de transport (Gart) ressemblent à un plaidoyer. Roland Ries, président du Gart, appelle l’État à tenir ses engagements de financement notamment pour les projets de transport en commun en site propre.

Le président du Groupement des autorités responsables de transport (Gart), Roland Ries, a appelé le 7 janvier, lors de la présentation des voeux de l’association des élus du transport, un « soutien de l’État » pour le développement des transports en commmun en site propre (TCSP), en lui demandant de « tenir les engagements pris » malgré les difficultés financières.

Les transports en commun en site propre (tramway, métro, bus à haut niveau de service, train) « constituent la colonne vertébrale de l’offre alternative à la voiture », a souligné M. Ries.


« L’État doit tenir ses engagements »

« Les autorités organisatrices ont besoin du soutien de l’État qui, malgré les difficultés financières que rencontre notre pays, doit tenir les engagements pris », a déclaré Roland Ries, également maire (PS) de Strasbourg et sénateur du Bas-Rhin. D’autant plus, a-t-il souligné, que « l’augmentation du chômage va avoir des répercussions sur le rendement du versement transport et sur la taxe professionnelle » pour les collectivités.


Le compte n’y est pas

Le président du Gart a indiqué que « plus de 40 autorités organisatrices » s’apprêtaient à répondre au premier appel à projets pour des TCSP à l’échéance du 31 janvier prochain. Or selon lui, ces projets nécessiteraient une aide globale de 1,1 milliard d’euros, alors que l’enveloppe de l’État prévue s’élève à 700 millions. La part de l’État dans les projets doit se situer entre 20 et 25%, a-t-il rappelé.

« J’espère que dans le cadre du plan de relance, l’État va pouvoir augmenter cette enveloppe », a-t-il dit. « On a une conjonction d’intérêts : l’État souhaite relancer la machine économique et nous avons des projets », a-t-il ajouté. Des voeux en forme de plaidoyer.


Source AFP

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.