LGV Bretagne Pays-de-Loire : 4 milliards d’euros juste pour être « in  » ! Politique et réglementations Produits Territoires

  © Eiffage
Actualites

Les Collectivités Les Industriels

La Rédaction

Dans un communiqué de presse publié le 16 avril 2012, le collectif Alternatives aux nouvelles lignes TGV Ouest (Alto) a critiqué la motivation des élus bretons concernant le projet LGV Bretagne Pays-de-Loire dont le coût est évalué à près de quatre milliards d’euros.

« Nous dénonçons la « légèreté » des décisions administratives sur le projet de ligne à grande vitesse Bretagne Pays-de-Loire (LGV) », explique la fédération Alternatives aux nouvelles lignes TGV Ouest (Alto), qui a jeté son dévolu sur le coût du chantier estimé à près de quatre milliards d’euros. 

 

Etre ou ne pas être ?

 

S’appuyant sur une récente étude universitaire relative à l’impact territorial des LGV, le collectif se range volontiers derrière l’avis de l’auteur : «  les élus ont été séduits par « l’effet de l’image positive forte du TGV ». L’avoir sur son territoire, c’est être dans son temps, être  » in « , être dans la cour des grands « . Observant, sur plusieurs années, la croissance de l’emploi de 1400 unités urbaines de plus de 9000 habitants, le constat de l’association semble sans appel :  » la desserte ou non de ces villes par une LGV ne change rien »

 

Mieux que la LGV : la régénération

 

Engageant un investissement de près de quatre milliards d’euros sous forme d’un partenariat public-privé, ce projet de LGV est ici qualifié de « scandale pour le porte-monnaie « fiscal » des contribuables bretons et ligériens ! ». Estimant que la régénération de la ligne existante doit être la priorité du dossier ferroviaire du Grand Ouest, Alto rappelle, faisant notamment référence aux travaux du député Hervé Mariton, que la « réalisation des lignes nouvelles risque de n’être finançable ni par des fonds privés, du fait d’une trop faible rentabilité attendue, ni par des fonds publics sous contraintes »

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.