Lignes routières nationales : La France s’ouvre au cabotage Pratique et ressources Stratégie

Thierry Mariani, ministre des Transports.   © © DR
Actualites

Le Club Les Industriels Les Opérateurs

Pierre Cossard

Bagnolet, gare routière internationale d’Eurolines : Thierry Mariani autorise l’ouverture « régulée » du territoire aux dessertes inter-régionales dans le cadre de la réglementation européenne sur le cabotage des lignes internationales.

« Je suis venu ici pour vous annoncer que je viens d’autoriser votre réseau d’entreprises de transport de voyageurs françaises et européennes à exploiter plus de 230 dessertes inter-régionales de transport par autocars » a annoncé le ministre des Transports Thierry Mariani aux dirigeants d’Eurolines le 5 septembre 2011 à la gare routière internationale de « Paris Gallieni ».

Conformément à l’évolution récente de la réglementation européenne, ces dessertes seront donc réalisées dans le cadre de services internationaux préalablement autorisés. Elles desserviront près de 70 villes à l’échelle de l’ensemble du territoire français. Les nombreuses demandes d’autorisation déposées au début de l’année 2011, et qui ont été soumises à la consultation des régions et départements concernés, trouvent là une réponse favorable.


Pas de concurrence avec le ferroviaire

Pour autant, le ministre a tenu à rappeler que cette ouverture devait se faire « de manière régulée et non au détriment d’autres modes de transport. Il ne s’agit pas de concurrencer les services existants, notamment ferroviaires ». L’objectif recherché par les services de l’État est bien d’enrichir l’offre de transport. « Le développement de ces nouvelles dessertes routières doit donc être encadré, a précisé d’emblée Thierry Mariani, pour que les efforts engagés par l’État et les collectivités territoriales pour pérenniser les services de transports ferroviaires portent leurs fruits ».

L’équilibre économique des contrats de service public de transport de personnes, dans le cadre desquels sont exploités les trains express régionaux (TER) et trains d’équilibre du territoire (TET), ne devra pas être remis en question.

De ce fait, « le nombre de passagers nationaux transportés devra être minoritaire par rapport au nombre total de passagers transportés dans un cadre international ».


Satisfecit général

Pour le ministre, ces autorisations « constituent une étape importante dans le développement de services réguliers de transport par autocar à longue distance, en complémentarité avec les autres modes de transport collectifs ». Une satisfaction partagée par les acteurs de la profession présents. « C’est un premier pas vers une offre de transport élargie, constatait Éric Ritter, secrétaire général de la FNTV. Elle nous paraît justement équilibrée, car elle vient effectivement en renfort de l’offre ferroviaire et non pas en concurrence ».

 

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.