L’Ile-de-France soutient le covoiturage quotidien Stratégie Territoires

La Région soutient les covoitureurs en partenariat avec 17 opérateurs, dont Karos, BlaBlaCar, Citygoo, Clem, Covivo, Roulez malin, iDVroom, OuiHop et WayzUp.   © DR
Actualites

Les Collectivités Les Opérateurs

La rédaction

Intégrer le covoiturage à l’offre de transports publics. Avec l’opération « Tous ensemble pour le covoiturage », la Région Ile-de-France s’engage pour contribuer à désaturer le réseau routier. D’octobre à fin décembre, la collectivité publique va verser 2  euros par trajet de covoiturage, laissant le choix aux plates-formes existantes de répercuter cette aide vers le conducteur ou le passager. 17 opérateurs de covoiturage sont partenaires de l’opération, dont 8 intégrés au calculateur d’itinéraire Vianavigo. Chaque opérateur pourra bénéficier au maximum de 50 000 euros dans le cadre de ces trois mois de test, dont l’évaluation sera menée en fin d’année. La Région a prévu un budget global de 500 000 euros pour cette opération. Le département de l’Essonne avait lancé une expérimentation similaire au printemps dernier, avec l’entreprise Karos.

Voies réservées sur les autoroutes. Parallèlement à cette nouvelle initiative, la Région va demander à l’Etat la possibilité d’autoriser les covoitureurs à emprunter les voies réservées aux cars express les autoroutes A10, A3 et A12. Une enveloppe de 55 millions d’euros a été prévue afin de mettre en place des dispositifs de contrôle. Des solutions de validation par caméra sont déjà opérationnelles, aux Etats-Unis par exemple. La question du nombre d’occupants par véhicules n’est pas encore tranchée : l’Etat penche pour 3 personnes par véhicule, alors que la Région serait favorable à 2. La présidente de la Région Ile-de-France, Valérie Pécresse, prévoit également la mise à disposition de 10 000 nouvelles places de parcs-relais situées à proximité des gares. Là encore, les covoitureurs disposeront d’un tarifs réduit. Valérie Pécresse s’est également prononcée en faveur de l’écotaxe poids-lourds appliquée aux véhicules en transit, qui permettrait de financer l’entretien des infrastructures routières.

Sandrine Garnier

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.