Trottinettes: Lime veut inciter les usagers au civisme Stratégie

Dans la majorité des cas, les accidents sont dûs au non-respect des consignes de sécurité et du code de la route.   © Lime
Actualites

Les Opérateurs

Grégoire Hamon

Détecter la conduite en état d’ivresse. Brad Bao, le cofondateur de la société de trottinettes en libre accès Lime, indique qu’il songe très sérieusement à limiter l’usage de ses engins aux conducteurs alcoolisés. Parmi les leaders du marché et premier opérateur a avoir investi le pavé parisien en juin 2018, Lime joue les élèves modèles en signant les chartes de bonne conduite ou en menant des actions auprès du grand public, comme des distributions gratuites de casques. Mais la société de San Francisco désire aller plus loin contre les usagers dont le comportement s’avère irrespectueux, voire dangereux. «Nos trottinettes disposent de toutes sortes de capteurs qui peuvent détecter si elles sont conduites en ligne droite ou si elles vacillent. Dans ce cas, nous ferons des avertissements et nous pourrons la ralentir. Ce n’est pas encore définitif mais c’est un exemple de ce que nous pourrions améliorer grâce aux informations recueillies par nos données utilisateurs», a indiqué Brad Bao au site internet spécialisé The Verge.

9 blessés sur 10 ne portaient pas de casque. Mais la bouteille n’est pas la cause première des accidents, si l’on se fie à la première enquête d’accidentologie sur le sujet, réalisée entre le 1er septembre 2017 et le 31 aout 2018 et portant sur 249 personnes soignées dans deux hôpitaux de Californie pour un accident de trottinette électrique. Ainsi, seuls 4,8% des personnes étaient ivres. Par contre, 7,8% étaient à deux sur la trottinette, et 9,3% ne respectaient pas le code de la route. De plus, 26,4% roulaient sur le trottoir, ce qui est interdit, et 10,8% des blessés avaient moins de 18 ans (l’uage est théoriquement réservé aux personnes majeures). Fait prégnant: il apparaît qu’une écrasante majorité ne portait pas de casque (95,6%). Or les blessures à la tête sont prédominantes (40,2%), suivies des fractures (31,7%) puis des contusions, entorses et autres déchirures musculaires (27,7%). 94% des patients ont eu un arrêt de travail et 8% des blessures ont été considérées comme graves, voire très graves. Le blessé type est un homme (à 58,2%) de 34 ans en moyenne, la majorité des patients étant âgés de 18 à 40 ans (61%). Sur les 249 patients, 91,6% étaient conducteurs et 8,4% des piétons non utilisateurs (21 personnes). Parmi ces dernières, 11 ont été percutées par une trottinette, 5 ont trébuché sur un engin (mal ?) garé et 5 autres se sont fait mal en essayant de déplacer une patinette.

G. H.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.