Limoges expérimente une navette électrique de centre-ville

Les rotations sont assurées par quatre Bluebus, du lundi au samedi et même les dimanches jusqu'à Noël.  
Actualites

La rédaction

Pérennisation espérée. Limoges expérimente pendant deux mois dans son centre-ville une navette électrique gratuite. «L’objectif est de desservir tout le secteur piétonnier de l’hyper-centre (avec les Halles, les différents marchés, les commerces) et les abords de cette grande zone où se trouvent la médiathèque, la mairie, le centre commercial St-Martial, la Fnac et bien sur les principaux parkings de la ville», explique Jean-Marie Lagedamont, élu à la Ville, à l’agglomération et président de la STCLM (Société des Transports en Commun de Limoges Métropole). Soit une boucle de 4,6 km qu’effectuent à une cadence de 10 mn trois véhicules Bluebus (+ un quatrième de secours) de location. Si quinze arrêts fixes jalonnent le parcours autour de l’hypercentre, les arrêts seront à la demande en zone piétonne. L’expérimentation débute le 14 décembre pour s’achever le 25 février, avec des navettes circulant du lundi au samedi, et même le dimanche lors du marché de Noël et la période des soldes. «Mais je suis confiant quant à la pérennité de cette navette électrique. A Limoges, la mobilité électrique fait partie de notre patrimoine», souligne Jean-marie Lagedamont.

Opération Cœur de Ville. La mise en place de ces navettes, souhaitées par la Ville mais naturellement assurées par la STCLM et donc par l’agglomération, est symptomatique de la récente pacification entre les deux collectivités, de couleurs politiques opposées et entre lesquelles les relations étaient jusqu’alors très tendues. Ce qui, à terme, aurait pu nuire à la réorganisation profonde du réseau limougeaud en cours de gestation (Bus et Car n°1075). L’expérimentation des navettes entre dans le cadre de l’opération nationale «Action Cœur de ville», qui a pour double objectif de conforter le rôle des villes moyennes en tant que moteur de développement des territoires et d’améliorer les conditions de vie de leurs habitants. Ce dispositif permet à 222 villes de bénéficier de cinq milliards d’euros sur cinq ans (1,3 M€ pour Limoges) pour revitaliser leurs centres-villes autour de cinq axes structurants: l’habitat; le développement économique et commercial; l’espace public et le patrimoine; l’accès aux équipements et services publics; la mobilité et les connexions.

O. J.

 

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.