L’inauguration du nouveau tramway toulousain menacée de grève Politique et réglementations Stratégie Territoires

La ligne T1 va relier la zone industrielle d'Airbus au centre de la ville rose.   © © Tisseo
Actualites

Les Collectivités Les Opérateurs

La Rédaction

L’agglomération toulousaine inaugure le 27 novembre 2010 en grande pompe sa première ligne de tramway depuis 1957. À condition qu’un mouvement social ne bloque pas le tram au dépôt de la régie Tisséo.

Cet investissement de 250 millions d’euros pour un tramway à Toulouse vise à enrayer l’engorgement routier de la quatrième ville de France. Toulouse gagne en effet près de 15 000 habitants chaque année.

La municipalité PS comme l’opposition UMP sont donc fières de la réalisation de la régie Tisséo, connectée au métro automatique toulousain, loin de la guerre de religion qui opposait droite pro-métro et gauche pro-tram dans les années 1990 lors du lancement par le maire de l’époque, Dominique Baudis (UMP), de la première ligne du métro (complétée par une deuxième en 2007).

Un prime de 300 euros pour tous les agents Tisséo ?

Encore faut-il que la machine ne connaisse pas de ratés. Samedi 27 novembre 2010, pour le jour tant attendu, le tram flambant neuf menace de rester au dépôt, faute d’accord sur le versement d’une prime de 300 euros que les syndicats de Tisséo réclament pour tous les agents de la régie, soit 2 300 personnes. Pour l’instant, la prime de 300 euros est promise seulement aux 300 agents les plus engagés dans l’ouverture de cette ligne de 11 km, ce qui représente 90 000 euros. La direction, selon le syndicaliste, serait prête à partager les 90 000 euros entre tous les salariés ce qui reviendrait à environ 40 euros par personne. « Pas un tram ne sortira », a donc affirmé à l’AFP un délégué Sud, Jean-Michel Coquerel.

Le président de la régie Tisséo, Gérard André, contacté par téléphone, a dénoncé « une forme de chantage » de la part des syndicats. Pour l’inauguration, « chacun prendra ses responsabilités », a-t-il déclaré. « Ces derniers mois, tout le monde a participé au tram directement ou indirectement, tous ont eu des conséquences dans leur travail », avec entre autres les restructurations de lignes d’autobus, a justifié M. Coquerel.

Lundi 29 novembre 2010, jour de la mise en service commerciale, plusieurs autres préavis de grève ont été déposés pour des revendications différentes dont une revalorisation des salaires des conducteurs du tram ou de meilleures conditions de travail.

Desservir le maximum de population

Le projet de tramway, dont la ligne doit relier l’usine Airbus au coeur de la ville rose, a coïncidé avec le lancement du programme A380. « Il fallait une infrastructure de cette importance pour transporter les nouveaux salariés et les nouveaux habitants », explique Bernard Keller, maire PRG de Blagnac. Selon M. Keller, le nombre d’emplois sur sa commune est passé de 15 000 à 30 000 en dix ans, et sa population de 18 000 à 23 000 personnes, alors qu’Andromède attend encore 9 000 habitants.

Le tram toulousain « Citadis », dessiné par des ingénieurs d’Airbus et fourni par Alstom, est dimensionné pour transporter 30 000 voyageurs par jour et 3 000 dans chaque sens à l’heure de pointe. Le choix stratégique de Toulouse et de Blagnac a été de desservir le maximum de population : 80% de la population de Blagnac est à moins de 400 mètres d’une des onze stations situées sur le territoire de la commune. Quant aux sept stations toulousaines, elles passent par la salle de spectacles du Zenith et l’hôpital Purpan qui, à lui seul, voit défiler 20 000 personnes par jour.

La communauté urbaine compte poursuivre le développement du tramway. La ligne devrait être prolongée d’un kilomètre jusqu’au futur parc des expositions. Une antenne de la ligne T1 vers l’aéroport de Blagnac devrait par ailleurs voir le jour en 2014; la ville de Toulouse prévoit de prolonger au même moment la ligne à travers le centre vers le sud-est. La mairie envisage encore d’autres lignes vers la fin de la décennie.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.