Los Angeles: le premier tunnel d’Elon Musk annoncé pour le 10 décembre Stratégie Territoires

La navette passagers de Boring Company sera-t-elle conforme à cette projection futuriste ?   © The Boring Company
Actualites

Les Collectivités Les Industriels

Grégoire Hamon

Tours gratuits. Les tunnels que comptent exploiter The Boring Company, une société d’Elon Musk, tiennent du petit bijou technologique. Du moins sur le papier. Sous terre, des navettes électriques pouvant contenir une quinzaine de passagers et de cyclistes sont censées se mouvoir à une vitesse dépassant 200 km/h, avec un départ toutes les 30 secondes, évitant toute la congestion en surface. D’autres navettes peuvent également emmener des voitures particulières avec leur conducteur. La société ambitionne de relier l’aéroport international de Los Angeles et le quartier d’affaires de la ville en seulement 8 minutes, soit cinq fois plus rapidement qu’en voiture les jours de trafic fluide (et bien plus la plupart des jours, souvent très embouteillés). Pour l’instant, Boring a reçu l’autorisation de creuser une portion test de 2 miles (3,2 km), démarrant à Hawthorne, devant le siège de la compagnie SpaceX, autre société d’Elon Musk. Le chantier, démarré en août 2017, est en passe d’être achevé, a indiqué le charismatique patron sur son fil Twitter. L’ouverture est prévue pour le 10 décembre 2018, avec des «tours gratuits» pour le public. L’accès au tunnel se fait par l’intermédiaire d’un ascenseur capable de monter et descendre des navettes. Boring entend démontrer que ce type d’infrastructure peut s’insérer facilement dans un environnement urbain, et envisage de créer des ascenseurs dans les sous-sols de nombreux immeubles de bureaux.

Beaucoup d’incertitude. Reste que pour le moment, aucune information n’a réellement filtré sur la façon dont le tunnel sera opéré. Bien qu’Elon Musk avance que ses chariots électriques sont capables d’atteindre une vitesse de 250 km/h, aucun prototype n’a été présenté. La seule photo diffusée est un tunnel circulaire vide en béton avec un rail central. Le patron de SpaceX n’a également rien dévoilé sur la façon dont ces navettes seraient opérées. L’ouverture prévue le 10 décembre (si elle n’est pas reportée, comme la plupart des projets d’Elon Musk), sera donc scrutée de près, à commencer par la ville de Chicago. La « Cité des vents » a en effet confié à Boring le percement et l’exploitation de la future liaison entre l’aéroport O’Hare et un centre commercial du centre-ville, soit 27 km de distance. Le trajet ne devrait prendre que 12 minutes contre 40 avec le métro actuel.

G. H.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.