Lyon prépare le déclassement de ses autoroutes A6 et A7 Politique et réglementations Territoires

Le décret de déclassement des autoroutes A6 et A7 attendu pour fin 2016 devrait produire ses premiers effets au premier semestre 2017. Les Berges du Rhône, une fois le déclassement obtenu.   © DR
Actualites

Les Collectivités

Jean-François Belanger

Le décret de déclassement des autoroutes A6 et A 7, entre Limonest (au nord de Lyon) et Pierre-Bénite (au sud de Lyon), soit 16 kilomètres dans la traversée de l’agglomération, y compris le tunnel sous Fourvière, est attendu pour la fin de cette année 2016. Pour l’instant, Gérard Collomb, président de la Métropole de Lyon s’appuie sur un accord de principe obtenu auprès d’Alain Vidalies, Secrétaire d’Etat chargé des Transports, par courrier du 3 mai dernier, suivi de la délibération des élus métropolitains, ce 8 juillet. Celle-ci propose à l’Etat de convenir d’une convention lui confiant temporairement la gestion et l’exploitation, afin d’assurer la continuité du service public, et de disposer du temps nécessaire pour définir les modalités techniques juridiques et financières encadrant la reprise pleine et entière des voies concernées dans le territoire de la Métropole.

Routes à grande circulation

Selon la métropole lyonnaise, le décret pris avant la fin de l’année produirait ses effets au cours du premier semestre de 2017. Les voies des actuels A6 et A7 ne seraient plus autoroutières et deviendraient ainsi des routes à grande circulation. Ce déclassement donnerait alors le coup d’envoi d’une vaste réorganisation des infrastructures routières de l’agglomération lyonnaise. Les études cofinancées par l’Etat et la Métropole analysent les possibilités, à l’horizon 2025, d’un grand contournement de l’agglomération lyonnaise pour prendre en charge le trafic de transit de manière efficace. Parmi les premières mesures envisagées, dès le déclassement obtenu, figurent l’interdiction du trafic de transit des poids lourds sur l’ensemble du parcours concerné, la création de voies dédiées aux transports en commun, également ouvertes aux taxis et aux véhicules d’autopartage, ainsi que des limitations de vitesse plus strictes.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.