Choisi à l’arraché fin 2018 pour fournir les rames et exploiter la liaison CDG Express, le consortium Keolis-RATP Dev a de quoi éprouver depuis le sentiment d’une victoire à la Pyrrhus. Il n’a toujours pas signé le contrat de concession avec l’État, qui avait retenu son dossier contre celui de Transdev alors qu’il urgeait de […]

Vous devez être abonné pour accéder au reste de l'article