La concurrence est décidément un mot totalement banni du vocabulaire des organisations syndicales de la SNCF. Car au fond, la grève unitaire du 26 avril n’est rien d’autre qu’un refus pur et simple du principe même de la concurrence appliquée au secteur ferroviaire. Ceci dit, la surdité syndicale ne se limite pas à cette seule réalité. […]

Vous devez être abonné pour accéder au reste de l'article