L’Ebusco 2.0 apporte un enseignement majeur: un autobus n’est pas qu’un réceptacle à batteries, fussent-elles de la plus haute technologie! En effet, si la chaîne de traction a globalement donné satisfaction, le véhicule ne peut cacher ses imperfections: style et finitions d’un autre âge, emmarchements et seuils d’une épaisseur telle que l’on se croirait revenu […]

Vous devez être abonné pour accéder au reste de l'article